Niveau : B1     Format : Article     Thème : Culture

Marseille, une ville d’exil

Print Friendly, PDF & Email

Au cœur de Marseille, le quartier de Noailles est à l’image de la ville, et de ses histoires migratoires. On y croise une population de cafetiers algériens, commerçants comoriens, vendeurs guinéens, tailleurs et coiffeurs sénégalais, vendeurs de textiles asiatiques et jeunes « bobos » du cours Julien. Rencontre avec Kamel Khelif, un illustrateur qui habite le quartier.

Au dernier étage d’un vieil immeuble de la rue Jean Rocque, à Noailles, Kamel Khelif nous accueille chez lui. C’est à la fois son appartement, son atelier et sa bibliothèque. L’illustrateur a 57 ans, cela fait 30 ans qu’il dessine Marseille. « Mais, je ne sais pas si j’y ai jamais trouvé ma place… », confie-t-il.

Pour lui, qui est né à Alger, Marseille et Alger sont deux villes intimement liées. Il est arrivé en France à 5 ans. Comme de nombreux immigrés d’Afrique du Nord, il vit d’abord dans un bidonville avec sa famille pendant 7 ans. Les adultes qui y vivent voient qu’il dessine bien et lui demandent de leur faire des tatouages.

Il s’installe ensuite à Noailles, où il a passé tout le reste de sa vie. Il n’a jamais arrêté de dessiner le quartier, ses habitants et ses changements.

Exercices liés à l'article :

Exercice 1 - Compréhension. Avez-vous bien compris l’histoire de Kamel ? Vrai ou faux ?

Kamel est né à Marseille
Kamel a commencé à dessiner dès son enfance
Kamel a toujours vécu à Noailles

Exercice 2 - Définitions. Quel est le sens de ces mots dans le texte ?

Un « cafetier » est :
Un tailleur est :
Un « illustrateur » est :

Exercice 3 - Grammaire. À quels lieux se réfèrent les pronoms suivants :

« On y croise une population… »
« je ne sais pas si j’y ai jamais trouvé ma place »
« Les adultes qui y vivent »

Cliquez ici pour voir l’article original

Cliquez ici pour jouer avec les mots de l’article

  •  
  •  
  •  
  •