Mousmée, une femme orchidée

Lire hors-ligne :

Trans-artistique, Mousmée Journal d’une femme orchidée est tout autant un recueil de poésie, de la musique, de la danse et du dessin. L’initiative est signée Melt in Motherland, pour le duo de Nefta et Gérald Toto.

« J’adore le mot Amour ». Ainsi entre-t-on dans le recueil de poésie de Nefta poetry. Ce troisième opus poétique de Stéphanie Melyon-reinette alias Nefta Poetry manie avec tendresse, sensualité et érotisme la féminité et l’amour dans toute son intimité. Avec Mousmée, journal d’une femme orchidée, elle déploie son regard de femme sur la femme. Une femme emplie d’universalisme et de particularités. « Je suis FREE », clame-t-elle ainsi en filigrane de ses mots minéraux, où l’enfant se mut en femme.
« JE SUIS FREE / Ma mère me nomma ainsi. / Finalement, à la cause mon cœur est acquis / Lorsque son sens profond fut conquis / Leurs regards empreints de mépris / Ne m’atteignaient plus. Car mon nom est…LIBERTÉ »
grâce à un crowdfunding sur Internet, se glisse le crayon affûté de Gérald Toto. Ses dessins évoquent tout autant la femme, de l’intimité du corps aux postures alternant réalisme et rêverie.
Melt in Motherland
Les deux artistes créent ensemble le duo Melt in Motherland et déclinent sur scène leurs mots et leur imaginaire. Nefta danse et lit sur les notes de guitare de Gérald. Une évidence pour le chanteur, compositeur, interprète : « Plutôt que d’asservir le texte au format musical c’est l’inverse qui se passe. Je travaille en texture, en évocation, en surlignance.  » Ils ont déjà présenté leur spectacle à Paris, mais aussi en Martinique et en Guadeloupe, leurs terres d’origine. Gérald Toto, martiniquais, est né dans l’Hexagone tandis que Nefta a grandi en Guadeloupe, au sein d’une famille traversée par des rapports contradictoires à la métropole française. Son père est haut fonctionnaire d’Etat. Son oncle, Luc reinette, est un des leaders des mouvements indépendantistes antillais. Son grand-père paternel a, quant à lui, vécu en Algérie où il était enseignant pour la France.
Sociologue
Une histoire que Stéphanie tente de reconstituer. Car cette poète hyperactive n’est pas seulement artiste. Elle est aussi sociologue et partage son temps avec la formation et l’enseignement. Pour elle, le problème de la transmission de l’histoire aux Antilles se réfère, entre autres choses, à l’omniprésence de la mémoire de l’esclavage ; « On a l’impression d’avoir des chaînes dans la tête parfois tellement on parle de l’esclavage. On n’est plus en esclavage aujourd’hui, sauf de la consommation. On est libre de penser de s’organiser et c’est ce qu’il faut faire ! » C’est ce qu’ils font. Gérald et Nefta proposent en toute liberté un espace d’expression poétique. Entrez vite !

En savoir plus :

Mousmée, journal d’une femme orchidée. 10 €. Ouvrage bilingue français / anglais. Plus d’infos sur WWW.MELTINMOTHERLAND.JIMDO.COM Interview complète de Nefta poetry sur WWW.AFRICULTUrES.COM : Lyriquement libre

Rendez-vous : Festival Cri de femmes

Nefta est ambassadrice en France, en Guadeloupe et en Martinique du festival international de poésie Cri de femmes. Sa vocation est de célébrer les femmes et de sensibiliser le public contre les violences qui leur sont faites partout dans le monde. rendez-vous en mars.///Article N° : 12365

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire