N’Dombolo : postulation identitaire de la mouvance post-Zaïko

Le N’dombolo est sans doute la création la plus emblématique de la génération Wenge. N’dombolo ? C’est avant tout, une sécrétion artistique (en fait, la respiration magique de toute une génération de jeunes Congolais), à l’aune de l’humour et d’un certain mimétisme simiesque joyeux. Que dire d’autre ? Si ce n’est que cette danse est l’exutoire d’un « lieu »: Kinshasa. Ville-rêve, ville-chaudron.

Tout, dans les quartiers délabrés de cette « ville-ambiance », quartiers sonorisés en permanence par des musiques tonitruantes (qui s’échappent, dans toute la puissance de leurs décibels des terrasses plein air grouillant de monde, les fameux « nganda » kinois), tout se brasse et se crée à coups de gueule. Et la ville, à chaque fois, se recharge de nouvelles ardeurs, se réinvente par la vitalité et la créativité féconde de ses artistes. Rien ici ne manque au décor ambiant. L’on ne manquera pas d’être fasciné par ce « sacré » bled de pauvreté et d’opulence, de vulgarité et de dignité, de fans écervelés d’orchestres, discutant passionnément à longueur des journées aux coins des rues – au risque de s’empoigner – au sujet de la dernière « griffe » (qui se frotte aux plus soft des coutures italiennes, françaises ou japonaises à la mode) ou du dernier gros cylindré « lancé » par leurs « stars ». Il y a aussi ces « Shégué » (enfants des rues), atteints jusqu’à la moelle épinière par le ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Wera Son, Wenge Maison Mère
© Bienvenu Nsuka
Enterrement de Pépé Kallé, novembre 2000
© Enterrement de Pépé Kallé, novembre 2000
Papa Wemba dans le documentaire musical de Jimmy Glasberg, Papa Wemba Chance eloko pamba, 1996.
Partager :

Laisser un commentaire