Négrissim’ : “L’école du micro de bambou”

Ce sont des pionniers du hip-hop made in Cameroun. Les Négrissim’ reviennent avec Bantoo Plan volume I : un rap de la brousse planétaire, enregistré entre le Cameroun, la France, la Suède et l’Italie.

Depuis l’époque où ils scandaient : “Négrissim’ est dans la place ! Négrissim’ est dans ta face !”, ils ont sacrifié leurs dreadlocks mais pas leurs idéaux. Négrissim revient avec Bantoo Plan volume I. L’album célèbre l’amitié d’une bande de potes camerounais : deux frères Bétis (1) de Yaoundé, les frères Sassene (Evindi et Sundjah) et un MC Bassa (2) de Douala, Sadrac Ngué Pondi AKA Sadrake. Depuis plus de quinze ans, ils s’emparent du micro pour envoyer une pulsation, brute de décoffrage, à la fois urbaine et imprégnée de sons traditionnels d’Afrique centrale : le “hip-hop de la brousse”. “Yaoundé est au cœur de la forêt”,rappelle Sundjah. “On a été influencé par le rap américain”[Dans le titre La lutte un clin d’œil est fait à Public Enemy avec la phrase “Power to the people” NDLR]. Mais on a voulu façonner un hip-hop qui soit à l’image de notre forêt équatoriale.” La rencontre Steeves “Evindi” et William “Sundjah” Sassene naissent à Evry (Essonne). “Quand on est arrivé à Yaoundé, j’avais 9 ans.” Les deux l...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Négrissim'
© Sébastien Bonijol RFI
Partager :

Laisser un commentaire