Niger : Chasseurs du Dallol Mawri

Print Friendly, PDF & Email

Chez les Haoussa et les Djerma (ou Zarma) du Niger, de même que chez les peuples mandingues (Gambie, Guinée, Mali, sud du Burkina, nord de la Côte d’Ivoire), les confréries traditionnelles de chasseurs continuent de jouer un rôle éminent jusqu’à la lisière de la société moderne et urbaine. Et parmi elles s’expriment des musiciens spécialisés, qui n’appartiennent pas nécessairement à la caste des griots, même s’ils en adoptent la tenue vestimentaire, en particulier l’emblématique coiffe ornée de cauris.
Leur présence est indispensable au succès de la chasse : ils suivent les chasseurs au cours des battues, chantent leurs louanges et invoquent le soutien des génies en s’accompagnant d’un luth spécial à trois cordes, au son très grave, le gouroumi. Avec sa caisse de résonance en calebasse recouverte d’une peau de varan et son très long manche prolongé par une lame de métal en forme de flamme, il n’est pas sans évoquer un arc ou un fusil.
Comme beaucoup d’instruments africains, son origine est légendaire : « un jour alors que le clan des chasseurs vivait des moments très difficiles car le gibier manquait dans la région, un chasseur fabriqua (…) le gouroumi. Il se mit à en jouer et à appeler les génies pour leur demander leur aide. S’il venait à mourir, leur dit-il, ceux-ci (les génies) seraient couverts de honte, car ils maîtrisent la brousse et ont le pouvoir de lui donner ce qu’il veut. Les génies réagirent aussitôt et le chasseur eut beaucoup de gibier. C’est depuis ce moment que les chasseurs s’accompagnent de musiciens jouant du gouroumi.  »
Hamidou Karimou, qui raconte cette légende, fait partie du quatuor enregistré (en 1996) pour ce disque envoûtant quoiqu’un peu répétitif. Les chants sont joyeux et d’une grande élégance.
Le son de basse du gouroumi (le fil de pêche en nylon a remplacé le crin de cheval pour les cordes), puissant et expressif, rappelle celui du bolon des Malinké et des Senoufo.
Nul doute qu’il continue d’impressionner les génies de la brousse !

Niger : Chasseurs du Dallol Mawri, (Ocora / harmonia mundi)///Article N° : 4058

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire