Nigéria : les statistiques de la vidéo domestique

Les chiffres officiels

Print Friendly, PDF & Email

L’industrie du film nigériane est considérée comme l’un des secteurs porteurs de l’économie nationale. Pour valider ce postulat, le Département des Recherches & Statistiques de la Nigerian Film Corporation a réalisé une étude à partir de données du National Film and Video Census Board (NFVCB) pour déterminer le nombre exact de films produits et mis sur le marché dans le pays entre 1997 et 2003. Différentes variables ont été employées pour l’analyse, telles que la production par États / Régions, les langues employées ou la classification films enfants / adultes.

Niveau de production de films vidéo
4 425 films vidéo ont été produits dans le pays entre 1997 et 2003, dont 3 971 (soit 89,7 %) visés par la commission de censure et 454 (soit 10,3 %) rejetés.
Source : National Film and Video Censors Board Directory Vol. 1&2
Niveau de production par année
Sur un total de 3 971 films vidéo produits entre 1997 et 2003, c’est l’année 2002 qui a enregistré le plus fort niveau de production avec 868 films, suivie par l’année 2001 avec 855 films. L’année 1997 détient le taux de production le plus bas avec seulement 216 films.
On assiste à une légère augmentation de la production de films dans le pays depuis 1997, avec un pic en 2002 puis un net déclin en 2003.
Source : National Film and Video Censors Board Directory
Niveau de production dans les principales langues nigérianes
Si on cumule les trois principales langues nigérianes (Yoruba, Hausa et Igbo), on arrive à un total de 2 219 films produits pour 1 738 films en anglais.
Près de la moitié des films commercialisés dans le pays entre 1997 et 2003 (43,8 %) ont été produits en anglais. Viennent ensuite les productions en yoruba (31,1 %) en hausa (23,8 %), et enfin en igbo loin derrière (1,1 %). Les productions dans les autres langues nigérianes comme l’edo, l’isoko ou l’igala représentent 0,2 %.
Source : Nigerian Film and Video Censors Board Directory Volume 1&2.
Niveau de production par État
Sur un nombre total de 3 971 films vidéo produits dans le pays entre 1997 et 2003, 50,4 % (2 003 films) l’ont été dans l’État de Lagos, 18,71 % (743 films) dans l’État de Kano, 17,93 % (712 films) dans l’État d’Anambra, 2,3 % (90 films) dans l’État de Plateau et 2 % (75 films) dans l’État de Kaduna.
Les États ayant un très faible niveau de production ont été regroupés dans la catégorie « autres » qui représente 5,1 % (204 films). Un certain nombre d’États n’ont pas du tout de production.
Source : National Film & Video Censors Board Directory, Vol. 1&2
Production de films par classe d’audience (enfants / adultes)
C’est la commission de censure fédérale de la zone de Lagos qui a visé le plus de films (2 025), 1 100 films et 925 films enfants. La zone d’Onistha suit de près avec 671 films adultes et 276 films enfants. Il est intéressant de noter que la zone d’Abuja a visé plus de films enfants (569) que de films adultes (301). Kano enregistre le plus faible nombre de films visés (97 films enfants et 32 films adultes).
53 % du nombre total de films visés dans le pays entre 1997 et 2003 étaient des films à destination d’un public adulte contre 47 % pour un public enfant.
Source : National Film & Video Censors Board Directory Vol. 1&2

Les chiffres du NFVCB ne tiennent compte que des films qui ont été soumis au visa de censure. L’interdiction assez systématique au public jeune fait que nombre de films ne sont pas soumis et que les chiffres de production sont donc supérieurs. On estime aujourd’hui à environ 1200 le nombre de longs métrages produits chaque année au Nigeria en vidéo. (note de la rédaction d’Africultures)///Article N° : 4691

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire