Paris selon Moussa

De Cheik Doukouré

La pompe à eau du village étant à bout de souffle, Moussa (incarné par le réalisateur lui-même) est délégué pour en acheter une neuve à Paris. Il se heurtera à tous les déboires de l’immigré : vol, arnaques, contrôles, petits boulots. Mais il vivra aussi la solidarité des immigrés de même provenance, et surtout trouvera sa communauté avec les sans-papiers en grève de la faim dans l’église St Médard, emmenés par leur porte parole qui sera même cadrée de face dans ses prises de position. Leur expulsion violente par les CRS sera un des moments les plus réussis d’un film par ailleurs volontiers démonstratif. Sa relation avec Nathalie, qui incarne « la France qui résiste » face aux tracasseries et violences policières, lui permettra de triompher des obstacles, jusqu’à une fin dramatique.
Ce cri de révolte contre la situation faite aux sans-papiers et aux immigrés en général est tout à l’honneur du réalisateur qui a le courage de s’attaquer à un sujet sensible. Tandis que les seconds rôles, souvent stéréotypés pour faire vibrer la corde humoristique, restent peu crédibles, Moussa surmonte sans grande dérive les épreuves pourtant terribles qu’il doit affronter, aidé par une Nathalie rencontrée quand le hasard fait bien les choses. Mais il trouve son épaisseur humaine dans son optimisme, son sens du devoir, de la justice et de la communauté ; il est, à l’image du réalisateur, une force tranquille, à la fois doux et décidé. Sa détermination fait écho à celle des sans-papiers en lutte pour leurs droits. Le film transmet ainsi une série de messages bons à écouter et constitue en définitive un net avertissement aux Africains tentés par l’aventure européenne aussi bien qu’un regard sensible sur la situation des immigrés en France. Etant donnée l’actualité politique et sociale du pays des droits de l’homme, ce regard africain de l’intérieur vient remettre les pendules à l’heure et ne peut laisser indifférent.

2002, 97 min, 35 mm coul., coprod. Les films de l’Alliance (France) / Bako productions (Guinée), avec Cheik Doukouré, Elisabeth Vitali, Mariam Kaba, Suzanne Kouamé.///Article N° : 2354

Partager :

Laisser un commentaire