Révolution

C’était une révolution quand ils découvrirent ce fleuve, navigable suffisamment longtemps pour s’enfoncer dans les terres et faire demi-tour à la mer sans tous ces porteurs. Les Portugais le surnommèrent Volta, le retour. Les Français nommèrent Haute Volta le pays le plus au nord de ce fleuve…
Ces jeunes officiers en avaient marre de l’incurie de cette classe politico-militaire qui dirigeait dans la gabegie et la corruption le pays le plus pauvre du monde. Ils réussirent un coup d’état et la Haute Volta devint Burkina Faso, « pays des hommes intègres » : une révolution… Elle était magnifique cette métisse du lycée de jeunes filles de Yamoussokro. Le vieil homme, son protecteur, sut subtilement la pousser dans le lit du jeune officier. Ils se marièrent et on dit que le militaire réussit à prendre le pouvoir grâce au vieux protecteur de la métisse. Un coup d’état matrimonial ! Révolutionnaire.
Après 27 ans d’un règne de gabegie et de corruption, le militaire fut chassé par une révolte populaire. Il s’enfuit à Yamoussokro avec sa métisse, là où tout avait commencé pour eux : révolution complète. Révolution, j’aime ce mot qui sait à la fois tout changer et revenir sur ses pas.

Gauz est scénariste,réalisateur, il est aussi l’auteur du roman Debout-payé (Le Nouvel Attila, 2014).///Article N° : 12773

Partager :

Laisser un commentaire