Richard Bona : « Restons authentique ! »

Entretien de Julien Le Gros avec Richard Bona

Lire hors-ligne :

Il est, avec Manu Dibango, le plus fameux des musiciens de la diaspora camerounaise. S’il vit aujourd’hui à New York, Richard Bona n’en oublie pas pour autant ses racines célébrées dans Bonafied.

C’est un géant, chaleureux, franc, ouvert. Il donne l’impression d’être toujours un peu dans les nuages. Pas étonnant! Richard Bona ne vit et respire que pour la musique. Il avoue ne pas savoir changer une ampoule mais être capable de maîtriser n’importe quel instrument en deux heures. Bona est béni des dieux! Autodidacte, intuitif. Son nouveau projet « Bonafied », (un jeu de mots avec le terme anglais bonafied : authentique) est parti comme ça, d’une impulsion : « J’étais invité à une émission de radio. On m’a dit que les DJ étaient de grands créateurs. J’ai arrêté tout de suite l’émission. Que fait un DJ? Il assemble « La vie en rose », un bout de Fela Kuti et fait un sample. Mais il ne crée pas ! Un DJ ne joue pas un accord ! Après ça, j’ai voulu revenir à l’essence de la musique. »
Par contraste avec les disques en playback, les clips artificiels (il n’en a jamais fait) et le formatage des boîtes à rythme, em>Bonafied a une conception délibérément acoustique, avec des arrangements de cordes signés Gil Goldstein. Sur le fond, Richard aborde des questions métaphysiques, notamment sur le morceau-conte : « Tumba la nyama », « La tribu des animaux », en douala. « Les animaux réunis dans la forêt, demandent à l’Homme pourquoi il est si triste: « Je ne connais pas les secrets de la nature. L’oiseau peut voler. Le poisson peut nager dans les océans. Le guépard court. Vous êtes libres. » – Ah bon c’est pour ça que tu es triste? On va t’apprendre tous les secrets. » A peine l’Homme connaît un millième de ces secrets qu’il s’en accapare et dépose un brevet d’invention ! On oublie une chose : l’Homme n’a jamais rien inventé. Tout ce qu’on invente est une reproduction de ce que les animaux font dans la nature depuis des billions d’années. Quelques années plus tard, les animaux recroisent l’Homme: « Pourquoi es-tu toujours triste? » Le hibou, considéré comme un sage, fait: « Vous savez! C’est une espèce qui ne sera jamais satisfaite, jusqu’à ce que la nature lui dise: Il ne me reste plus rien! » Dans la chanson je parle aussi de l’eau. L’eau ne s’achète pas au village. Aujourd’hui je suis obligé de le faire ! Alors que l’eau nous est donnée. La nature nous aime sans conditions. L’air nous est donné gratuitement. Le jour où les êtres humains vont contrôler l’oxygène tu devras l’acheter ! C’est triste! »

Fidèle aux sources

Richard rend aussi hommage à celui qu’il appelle son mentor musical : son grand-père, qui lui a fabriqué son premier balafon: « Il est mort à cent-trois ans, sans quitter le village de Minta. Il m’a ouvert au monde. Il disait toujours: « Ceux qui vont t’apprendre le plus c’est ceux qui sont différents de toi. » C’est au sein de cette famille de musiciens que le jeune Richard a fait ses classes, puis, à Douala, où il rencontre un ponte du Bikutsi, Messi Martin. Il joue les musiques locales: l’Assiko, le Mangambeu le Makossa… « On gagnait peu d’argent. Pendant la journée, Messi était surveillant dans une école que je fréquentais. Du coup je n’avais jamais de punitions ! Je dormais en classe. Je finissais les gigs à quatre heures du matin. Et il fallait être en classe à huit heures! » Et puis, grâce à un Français, il découvre un autre univers, le jazz, et un instrument de prédilection, la basse : « Je n’ai jamais voulu jouer de la basse. Je chantais, je jouais de la guitare, du balafon. Ça ne m’attirait pas jusqu’à ce que j’écoute: « Portrait of Tracy de Jaco Pastorius. »
Le Cameroun est un grand pourvoyeur de bassistes, à tel point qu’on parle de basse camerounaise. Richard a sa théorie là-dessus: « Dans les musiques traditionnelles du Cameroun la basse a une place très importante. Si le bassiste n’est pas là, les concerts ne commencent pas! La place de cette basse s’est répercutée dans les musiques modernes à travers les pionniers : Vicky Edimo, Jean Ekoto… »

« Once upon a time in America »

A dix-neuf ans quand il débarque en France, le surdoué est déjà un professionnel aguerri. Un jour de 1993, alors qu’il « jamme » au Passage du Nord-Ouest, à Paris, un certain Joe Zawinul, pianiste du mythique groupe Weather report lui glisse : »Si tu viens à New York tu dois m’appeler. » New York me paraissait loin ! Un jour mes papiers n’ont pas été renouvelé en France. Je me suis dit: « Allons à New York ! » Deux semaines après j’ai trouvé un logement. J’ai appelé Joe d’une cabine dans la rue. Sans que je dise un mot il a fait : « Richard Bona ! That’s crazy, man! » J’habitais à trois blocs de chez lui, dans la douzième rue… » A New York les nouveaux talent trouvent vite un job. Un jour, en 1995, un certain Harry Belafonte, qu’il ne connaît ni d’Eve ni d’Adam l’appelle. Je lui ai dit : « De quel instrument tu joues? » – Aucun ! – Si tu ne joues pas il ne faut pas m’appeler ! – « Tu ne connais pas Harry Belafonte ? » – « Et toi, tu connais Richard Bona ? » Il m’a raccroché au nez ! » Malgré cet incident, il deviendra le directeur artistique du grand Harry. « J’ai fait mon premier concert avec lui à Inglewood, New Jersey. Le boss arrive, bien habillé : « Chef, tu es prêt ? Oui ! – Non t’es pas prêt ! » Comment ! Harry Belafonte qui ne joue pas d’un instrument se permet de dire que je ne suis pas prêt ! Mes câbles étaient un vrai bordel. Il me dit: « Je ne veux pas voir ça sur ma scène! » Il a mis de l’ordre lui-même avec du scotch : « Maintenant, tu es prêt! » A partir de ce moment, j’ai toujours gardé une présentation impeccable! »

Bonaventure

Désormais plus rien ne peut arrêter Richard. On connaît la suite. Un premier album « Scenes from life » qui marque les esprits en 1999. Disques, voyages et rencontres se succèdent à un rythme effréné. « Je reste un étudiant de la musique. J’aime apprendre des choses nouvelles à chaque voyage. Je reviens du Brésil où j’ai travaillé avec le chef d’orchestre Joao Mauricio et l’Orchestre symphonique de Sao Paulo. C’est un spécialiste de Stravinski. Il y a tellement à apprendre. La musique est une école qui ne finit jamais. Tant mieux ! Je sais que je ne sais pas! » En tout cas le peu qu’il sait est recherché! Il doit enregistrer avec Lauryn Hill. Il revient d’une séance en studio à Los Angeles avec Stevie Wonder : « C’est lui qui est venu me chercher! Il a même voulu que je pose ma voix avec la sienne ! Ce que je n’arrivais pas à croire! » Bona n’en finit pas de réaliser ses rêves. « Je suis très réservé. A un concert Jazz Day aux Nations Unies, je partageais la même loge que Robert De Niro. Il est venu me demander un autographe. Je regarde ses gardes du corps : « C’est un canular ? » – Il me répète: « Est ce que je peux avoir votre putain d’autographe? Ma femme a tous vos disques. Si je rentre chez moi sans autographe, je vais dormir sur le paillasson ! » Y a-t-il de plus belle reconnaissance ?

En concert au Café de la Danse le 21 mai 2013.///Article N° : 11504

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
Richard Bona © Ian Abela




Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire