Sénégal

D'Ismaël Lo

Print Friendly, PDF & Email

Notez le retour d’un sage poète à l’affiche avec un album qui sonne comme un bilan de parcours. Après cinquante années d’existence, dont trente passées à courir les scènes du monde entier, Iso Lo, comme le surnomment ses compatriotes, s’accroche plus que jamais à ses rythmiques enlevées, à sa pop sans artifices. Les ballades y sont joyeuses. Son timbre reste égal à lui-même. Qu’il s’invite dans les graves ou les aigus, l’ancien comparse des Super Diamono de Dakar semble au mieux de sa forme pour répondre à ceux qui lui reprochent de trop arranger sa musique en fonction, parfois, de son seul succès auprès des publics étrangers.
Sénégal est un vibrant hommage rendu à sa patrie, ce pays où l’on  » apprend très tôt à rendre ce qu’on vous a donné « . Pas de surprise, ni de folie, donc. C’est à peine si l’on se sent quelque peu gêné par ses emprunts au reggae, au rock, à la salsa ou au flamenco. Peut-être aurait-il pu se passer de certains arrangements au clavier ? La programmation y semble par moments trop appuyée. On retiendra en bonus track sa énième reprise de Tajabone, ce tube que Pedro Almodovar avait contribué à booster sur la bande originale de  » Tout sur ma mère « . Cinq années après la sortie de son hybride Dabah, les plus fans ne manqueront pas de se réjouir à l’idée que seuls l’emportent ici les accents du terroir. Quatorze titres qui font la part belle au message social. Des chansons qui parlent de mariages arrangés (Taar Dousey), de mauvaise gouvernance et de fausses promesses d’hommes politiques (Manko). Un album qui sermonne les plus jeunes (Tass Yakar) ou qui nous ramène au souvenir douloureux des sacrifiés du Joola (Le Jola).  » Pour que cela ne se répète plus jamais «  dit-il. Une prière pour les victimes d’un naufrage causé par l’irresponsabilité et la négligence.

Sénégal, d’Ismaël Lo, (AZ/Universal)///Article N° : 5836

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire