Soweto Dance Theater (Afrique du Sud)

Chorégraphe : Jackie Semela
Print Friendly, PDF & Email

Le ballet du Soweto Dance Theater présente de manière frappante des points de comparaison avec celui de la National Dance Company. Tant par leur propos que par leur esthétique, ces deux pièces se recoupent. On retrouve dans le ballet sudafricain l’expression d’une souffrance extrême. Il s’ouvre dans une atmosphère de rituel religieux. Pris par les roulements frénétiques des tambours, les danseurs basculent eux aussi dans un mouvement de transe collective. Tout comme les interprètes ghanéens terrassés par une force supérieure, les sept danseurs du Soweto Dance Theater expriment d’emblée une profonde douleur qu’ils cherchent à extirper d’eux-mêmes. Qui les brûle intérieurement sans pourtant détruire l’énergie vitale qui les anime. Si la gestuelle est en grande partie basée sur le répertoire traditionnel zoulou (dont les célèbres pas de danse repris par le chanteur Johnny Clegg), cela n’empêche pas la chorégraphie, dans sa structure, de s’apparenter parfois à une comédie musicale du type West Side Story. Ancré toutefois dans une esthétique sud-africaine, le Soweto Dance Theater, tout comme la compagnie ghanéenne, se donne pour première mission de continuer à faire vivre un héritage culturel.

///Article N° : 825

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire