Vogue bien aimé

Printemps des poètes

Print Friendly, PDF & Email

Les sourires en toc, les promesses en plastique
fleurissent autant que des parkings payants.
Intentions souterraines, les inconscients gênent
Parcours labyrinthique en vue de relations saines.

L’homme est un loup pour son alter
Egal face à la connerie, il plonge dans l’amer
Sans intelligence mais en panne de sens,
Il ment comme il transpire en horizontale danse.

Dans le vague à l’âme, vogue bien aimé,
Toi l’âme de coeur qui s’en carre encore.

Parfois on s’entête dans de vils scénarios
Le météore en scène un sublime imposteur
Si de piètres acteurs tiennent le flambeau,
Résiste pourtant à l’appel du mensongeur.

Ne resterait-t-il aux hommes que leurs pirouettes
Entre sourires élastiques et vaines courbettes ?
Y aurait t-il alors quelqu’un dans l’assistance,
Une dame de coeur qui s’en carre encore ?

Dans le vague à l’âme, vogue bien aimé,
Toi l’être noble qui s’en carre encore.

De ton quotidien deviens l’habile créateur,
Sème ami des rencontres bienfaisantes,
Donne sans compter ni te faire prendre,
Un hier et des demains sans heurts.

Panse les plaies et pensant la beauté,
Goûte aux petits riens à l’instant donné.
Le grand bien ne s’oblige pas, il se partage.
Tes ailes broieront une à une chaque cage.

Vogue bien aimé, veille sur ton âme.

///Article N° : 12745

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire