Voyage au cœur de la chaine 2.

Print Friendly, PDF & Email

Réalisateur-producteur à LC2, depuis les débuts de la chaîne, Brice BRUN réalise notamment les émissions « Faces cachées », « Case aux Enfants » et « Sentez-vous mieux ».
Il a accepté de revisiter avec nous presque 5 ans d’existence de la chaîne.

Monique PHOBA : Comment décririez-vous le parcours de LC2, de ces débuts à la période actuelle ?
Brice BRUN : Il y a eu ce qu’on pourrait appeler une première grille qu’on pourrait qualifier de lancement, de décembre 97 à décembre 98, caractérisée par la diffusion surtout de programmes extérieurs, car le secteur production de LC2 ne tournait pas encore à plein régime Ensuite, après décembre 98, nous avons lancé une nouvelle grille, qui a mieux défini notre identité de télévision de proximité : d’où des émissions comme « Tribune téléphonique« , avec Hélène HOUSSOU et Gracia_Jonas MAFOR, des jeux télé comme :  » La cible « ,  » Tonus Atmosphère « ,  » Décibels « ,  » Beauté Plurielle  » etc…
Monique PHOBA : Vous vous dites une télévision de proximité. Pourtant, des animateurs qui plaisent au public disparaissent, comme Hélène HOUSSOU ou Franck HOUNGBO, des émissions à succès, comme  » Editorial « , quittent la grille, au grand dam des téléspectateurs ! N’est-ce pas la question des salaires qui provoque une telle hémorragie ?
Brice BRUN : On ne peut pas parler d’hémorragie en tant que tel. Franck HOUNGBO est entré à LC2, alors qu’il ne comptait pas de toutes façons s’éterniser au Bénin.Il avait beaucoup d’autres activités en-dehors de LC2 : il chantait tous les soirs Chez Alex, il faisait partie d’un groupe ATHON’X, avec 2 autres amis et tous les 3 ont quitté le pays. C’était son choix. De même que pour Hélène HOUSSOU, qui a préféré renouer avec les études. La question des salaires n’est pas une priorité. Il faut que les animateurs et même les artistes comprennent que les poulets ne peuvent leur tomber tout rôtis du ciel. Du simple fait que les gens nous voient à la télé, des portes s’ouvrent pour nous. D’autres se ferment, mais au final, le résultat est positif pour nous. C’est sur cela qu’il faut tabler au lieu de tout miser sur le salaire. Patrick SEBASTIEN produit les émissions qu’il anime et il gagne ainsi beaucoup plus que s’il était resté simple salarié d’une chaîne.
MP : Et quant à ce qui concerne les émissions qui se sont interrompues et qui avaient du succès, vous ne m’avez pas répondu pour le cas d' »Editorial » ?
BB :  » Editorial  » a été retiré de la grille, car elle provoquait trop de tensions et d’attaques politiques. Et, là, doit intervenir la responsabilité du communicateur qui doit avoir, au bon moment, les bonnes réactions. Mais, à cette émission, des opinions de tous les bords politiques, se sont exprimées, preuve que LC2 n’est pas une télévision politiquement marquée. Beaucoup des autres émissions ont été interrompues par le Téléthon, qui a démarré la troisième année d’existence de LC2. Pourquoi y a -t’il eu le Téléthon ? Parce que, souvent en Afrique, les moyens ne sont pas à la hauteur des ambitions. Et LC2 s’est révélée, à un moment donné, un gouffre financier. On peut faire la meilleure programmation sur papier, mais, sans moyens, elle reste lettre morte. Si LC2 ne rapporte pas encore suffisamment, c’est que les gens n’ont pas encore intégré le concept de la communication. Ils veulent passer à la télévision, mais sans contre-partie. Et, si nous n’obtenons pas de quoi rétribuer nos 130 salariés, les beaux sourires ne nous suffisent pas. Les gens ont donné 100 FCFA, 25 FCFA au moment du Téléthon, ce qui a pu faire comprendre que LC2 n’est pas une télévision politique. Elle vit de son travail.
MP : Cependant, « Editorial » était une émission de vrai débat politique, à cause des différents courants qui s’y exprimaient, comme vous l’avez dit. Et elle a été supprimée sans qu’aucune autre émission au concept équivalent ne la remplace. Maintenant, les émissions emblématiques de LC2 sont surtout destinées au public jeune, n’est-ce pas ?
BB : C’est vrai que c’est l’étape actuelle, mais il y a des évolutions en cours.
MP : Vous avez dernièrement lancé plusieurs nouvelles émissions et donc plusieurs nouveaux visages, souvent jeunes et attrayants. Mais, ne pensez-vous qu’il se pose parfois un problème de casting, en ce sens qu’on sent certains animateurs ne pas être à la hauteur de leur tâche ?
BB : Je ne crois pas que ce soit un problème de casting. Ce sont des animateurs recrutés ici. La culture générale dépend de la société où on vit.LC2 lance des communiqués pour demander aux gens de venir s’inscrire aux sélections de poste. Il y a des gens qui ont le bagage intellectuel requis, mais ces gens ne viennent pas passer les tests de sélection. C’est dû au fait qu’ils ont l’impression d’être dévalués du simple fait de passer à la télévision. Mais, nos animateurs ne manquent pas de mérite : ils sont filtrés à travers trois niveaux de sélection avant d’être choisis, ils se forment sur le tas, ils subissent de nombreux training, ils se confrontent à des invités qui, parfois, les dépassent et doivent réagir de leur propre chef. Mais ils apprennent. Petit à petit…

///Article N° : 2819

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire