Autour du récit

Print Friendly, PDF & Email
Critique littéraire et enseignante au département « Lettres » de l’Université des Comores, Fathate Karine Hassan a œuvré au sein du Muzdalifa House depuis son retour de la Réunion, où elle a présenté une thèse en doctorat sur les violences coloniales et le spectre de l’Histoire dans les littératures des Comores et de Madagascar en 2012 (1) . Co fondatrice du collectif Djando la Wandzishi, Fathate Karine Hassan a pris part aux travaux menés au Muzdalifa, notamment sur l’utopie du shungu. Elle s’est aussi occupée de gérer les ateliers dédiés à la lecture (Kilabu/ Les mots rivés au réel) et à l’écriture (Les Gens du Shantiye) développés auprès du public scolaire et étudiant. Vous avez été co artisan de cette micro dynamique initiée depuis Moroni. Quel souvenir gardez-vous de ces années d’activisme culturel ? En quelques mots, je dirais que l’expérience du Muzdalifa House a été une histoire de rencontres, d’échanges, de stimuli, de partage, mais aussi d’émulation intell...
Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications