Bruce Clarke percute

Print Friendly, PDF & Email

Une fois que l’on a découvert le travail de Bruce Clarke, on vit avec. Ses œuvres nous habitent, nous questionnent, nous tourmentent et marquent leur empreinte au plus profond de nous-mêmes. Cet automne, cet artiste très engagé expose ses œuvres récentes au Musée des Arts derniers (1). Who’s Afraid ?

Bruce Clarke est lucide. « On vit dans un monde d’images. Soit on abandonne ce champ aux producteurs d’images institutionnels, soit on essaie de prendre sa part, même si c’est à un niveau modeste. Il n’est malheureusement pas question d’inverser le rapport de force des images qui envahissent notre quotidien tant les forces en présence sont immenses mais il est possible cependant de trouver un espace d’expression contestataire, à contre-courant de la pensée officielle. Dans ce sens, j’aimerais penser que mes tableaux représentent une forme de contre-pouvoir, notamment par rapport à l’histoire officielle. »
« Dénoncer la mystification »
L’engagement politique de ce plasticien-photographe d’origine sud-africaine est au cœur de sa démarche artistique. Figure du mouvement anti-apartheid en France où il réside depuis des années (il vit à Saint-Ouen), Clarke ne s’en cache pas. « L’histoire n’est qu’une série de dominations orchestrées par une minorité au détriment d’une vaste majorité. À chaque étape, un alibi, une justification… (…) face aux vérités imposées, devons-nous rester bouche bée et constater notre impuissance ? Ou n’est-il pas plutôt de notre devoir d’essayer de décrypter et dénoncer la mystification sous toutes ses formes ? » écrit-il en ouverture de son livre-manifeste, Dominations, paru en 2006 (2).
Une esthétique du collage
Cette volonté de déconstruire les mystifications de notre monde contemporain sous-tend l’œuvre de Clarke, sans jamais oblitérer sa puissance visuelle : une esthétique très travaillée de la déchirure et du collage. L’un de ses principaux matériaux provient de titres de la presse écrite, française ou internationale. Clarke utilise comme nul autre la page imprimée de journal ou de magazine : un morceau de titre ou d’article, un seul mot devenu énigmatique ou encore un bout d’image dont le sens et la portée sont à réinventer.
Le monde et ses drames humains peuplent ses toiles : exploitations, racismes, esclavages, exterminations… Son travail s’ancre dans les bas-fonds et les horreurs de notre histoire. Il nous prend aux tripes, nous oblige à nous interroger et à repenser notre responsabilité individuelle et collective. Who’s Afraid ? Cette nouvelle exposition au Musée des Arts derniers présente des œuvres récentes. Fausses évidences tire de l’oubli le combat de Jack Johnson, champion du monde de boxe auquel on interdit, au début du XXe siècle aux États-Unis, de défendre son titre parce qu’il était noir. Bruce Clarke nous percute une fois encore. Son œuvre (re)construit à la fois notre regard et notre réflexion.

[Le site du Musée des Arts derniers]

1. Bruce Clarke est représenté par le Musée des Arts derniers

2. Bruce Clarke, Dominations, collection Savoirs Autonomes, éditions Homnisphères, 2006, 224 p.Who’s Afraid ?
Du 15 septembre au 15 novembre 2011
De 11 heures à 19 heures du lundi au samedi/Entrée libre.
Au Musée des Arts derniers : 28, rue St-Gilles, 75003 Paris
Tél : 01 44 49 95 70///Article N° : 10430

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire