Documenter l’histoire de la diaspora noire à Londres

Print Friendly, PDF & Email

À Londres, le Black Cultural Archives retrace l’histoire de la diaspora noire sur plus de cinq siècles. Ce centre d’archives est né dans les années 1980 grâce à des mouvements de militants. Reportage.

«  La population afro-caribéenne fait partie intégrale de l’histoire britannique, et c’est notre travail de créer un endroit où les preuves de cette histoire peuvent être collectées, préservées et célébrées« , explique Paul Reid, président du Black Cultural Archives (BCA) depuis 2007.
L’histoire de cet espace d’archives, installé dans le quartier historiquement afrocaribéen de Brixton, commence au début des années 1980. Depuis 2014, il est installé à Windrush Square, une place en hommage au bateau L’empire Windrush qui, en 1948 débarque sur le sol britannique une vague de migrants britannique d’origines caribéennes, dans le but d’aider à reconstruire le pays après la Seconde Guerre Mondiale. Le bâtiment, entouré de deux imposantes statues du roi Oba et de sa mère la reine, abrite une bibliothèque, un café, ainsi qu’une galerie pour leur exposition temporaire comme la récente Staying Power, retraçant l’expérience noire britannique des années 1950 aux années 1990.
Les archives sont aujourd’hui constituées de livres, magazines, coupures de presses, flyers, photos, lettres peintures, musiques, ainsi que de témoignages audio et interviews de personnalités clés. Une collecte qui se poursuit car la conservation des traces des luttes passées demeure un enjeu à la fois pour ses héritiers directs mais aussi pour la (re)connaissance de cette histoire par l’ensemble de la société britannique.
Une lutte militante
Car le BCA est né dans un contexte de violences policières à caractère raciste en 1981. En avril et en juillet de cette même année, les communautés noires se soulèvent de toute la ville. À Brixton, en dépit des tentatives de l’impopulaire Margaret Thatcher et des forces de polices, les violences continuent. En dépit de cela, les populations noires qui y vivent s’organisent. À la tête d’un mouvement militant pour les droits civiques, Len Garrison est alors conscient que la méconnaissance de l’histoire entraîne un manque de repères chez les jeunes afro-carribéens de la seconde génération.
Or, connaître son histoire, c’est pouvoir s’ancrer dans le passé, et envisager son futur avec assurance. Il entame donc un travail de recherche, collectant les archives, aussi bien institutionnelles qu’issues des particuliers. Et ce afin de raconter les migrations des afro-descendants aussi bien du temps des Tudors (1485-1603) qu’à l’époque géorgienne (de 1714 à 1830). Les archives retracent aussi les combats antiracistes, et la présence du mouvement des Black Panthers au Royaume-Uni au XXème siècle.
Ce centre d’archives est d’ailleurs toujours géré en partie par une équipe de volontaires habitant tous Brixton : « Ma grand-mère était une activiste, explique Isha. Le travail de mémoire est important « . Pour soutenir son travail le BCA a pour parrains des personnalités comme l’acteur Idris Elba ou le parlementaire Paul Boateng. Après avoir organisé un colloque retraçant l’histoire des activistes noirs au Royaume Uni, et le changement sociaux qui sont intervenus ces dernières décennies, le BCA organise en ce mois de mars un colloque sur la femme noire du XXIe siècle, accompagné d’un atelier pour jeunes incitant à l’écriture de poème et la confection de macramés sur le thème de la liberté des femmes noires et la conception d’une vie hors des luttes.

Black Cultural Archives 1 Windrush Square, Brixton London
SW2 1EF T: +44 (0)203 757 8500 E: [email protected]///Article N° : 13530

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire