Événements

festival itinérant du cinéma des Caraïbes 2008
Le programme de l’UNESCO pour 2008-2009 accorde une attention toute particulière au rôle des industries de la création dans la promotion de la diversité culturelle et linguistique, notamment grâce à la traduction et au sous-titrage.

Français

Les industries de la création peuvent contribuer à la cohérence régionale et sous-régionale, à travers des manifestations artistiques comme des festivals, des réunions et des marchés.

Dans ce contexte, le premier Festival itinérant du cinéma des Caraïbes, organisé par l’Instituto Cubano del Arte e Industria Cinematográficos (ICAIC) en coopération avec le Bureau de l’UNESCO à La Havane et avec le soutien des Bureaux de l’UNESCO à Kingston et à Port-au-Prince, et du Ministère jamaïcain de la Culture, est une initiative majeure, qu’il importe de célébrer.

Vingt-cinq pays des Caraïbes ont pris part à ce festival, en envoyant cent treize enregistrements audiovisuels parmi lesquels le Comité de sélection international, réuni à La Havane en novembre 2006, a sélectionné les trente films qui seront présentés. Ces films proviennent des pays suivants : Antigua-et-Barbuda, Aruba, Bahamas, Barbade, Belize, Iles Caïmanes, Cuba, Curaçao (Antilles néerlandaises), République dominicaine, Guadeloupe (France), Haïti, Jamaïque, Martinique (France), Sainte-Lucie, et Trinité-et-Tobago.

Dix Commissions nationales pour l’UNESCO (Aruba, Cuba, République dominicaine, Belize, Grenade, Saint-Kitts-et-Nevis, Trinité-et-Tobago, Haïti, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Jamaïque) ont contribué activement à la préparation du festival en créant des comités nationaux de coordination responsables de la sélection et de la transmission aux organisateurs du matériel audiovisuel des candidats.

Fims en version originale (en anglais et espagnol), sous-titrés en français.

– Programme –

14 avril 2008 – 18h30
L’odeur du chêne, (Cuba, 2003), fiction de Rigoberto Lopez, 2 h 5 – couleur
Au XIXe siècle à Cuba, l’aventure amoureuse entre une jeune femme belle et distinguée de Saint-Domingue et un commerçant allemand arrivé récemment dans le pays. Une histoire d’amour infinie qui fit de l’Angerona la plus riche plantation de café à Cuba. Une métaphore de notre époque.

15 avril 2008, 18h15
Des pas vers le pardon (Barbade, 2005), court métrage de Pamela Whitehall, 7 min.
Sélection officielle de la 15e édition du FEMI 2008.
Un père, un fils qui revient de loin, une paire de souliers, un coutelas. Ce film examine les relations entre père et fils.

Sous l’ombre du sang (République dominicaine, 2005), court métrage de D. Gomez de Vargas et Natalia Cabral, 15 min.
Un jeune résident d’un quartier pauvre de Saint-Domingue vit avec sa mère dans une ambiance précaire. Plus tard il se lance dans le commerce de la drogue.

La lettre (République dominicaine, 2005), court métrage de Francisco Rodriguez, 2 min. 38.
Aussitôt arrivé à la ville, Juan, un jeune campagnard, trouve un emploi singulier et lucratif. Il écrit à sa mère et lui raconte son aventure.

Zulaika (Curaçao, Antilles néerlandaises, 1990), fiction de Diederik Vaan Rooijen, 1 h 18
Zulaika, un adolescent de 13 ans, dont la mère travaille aux Pays-Bas, vit à Curaçao avec sa grand-mère et son grand-père malentendant. La famille est humble et les enfants de l’école se moquent de Zulaika à cause de son uniforme râpé et de la difficulté que rencontre sa famille à s’acquitter les frais de sa scolarité. Lorsque la situation empire, sa force de caractère et sa persévérance lui donnent le courage de surmonter les difficultés.

16 avril 2008, 18h15 : soirée documentaires

Hirondelle (Îles Caïmanes, 2003) de Frank E. Flowers, 23 min.
Pour s’inscrire à l’université, un lycéen en Floride trouve un travail de narco trafiquant.

Life and Debt(Jamaïque, 2001) de Stephanie Black, 1 h 30, Prix spécial du jury du Festival international du film insulaire 2004 et du Festival des droits de l’homme de Paris 2004, Meilleur film du festival « Cineambiente Int. Environment » de Turin et du Festival du film des droits de l’homme de Prague 2002, Meilleur documentaire du festival du film jamaïquain.
Evocation des effets de la globalisation sur l’industrie et l’agriculture jamaïquaines ainsi que sur la vie quotidienne.

Nous et le jazz (Cuba, 2004) de Gloria Rolando, 45 min.
L’histoire d’un groupe de jeunes de La Havane dans les années 1940 et 1950 qui se retrouve autour du jazz à l’époque des jam sessions.

17 avril 2008, 18h15
Tèt Grenné (Guadeloupe, France, 2002), fiction de Christian Grandman, 1 h 26, Prix Caraïbes, FESPACO 2003.
La Guadeloupe aujourd’hui, vue à travers le destin d’une famille de sans-abris des faubourgs de Pointe-à-Pitre.

18 avril 2008, 18h15
Le président a-t-il le Sida ? (Haïti, 2006), fiction d’Arnold Antonin, 1 h 50, Prix Paul Robeson, Prix spécial du Comité national burkinabé de lutte contre le Sida et les infections sexuellement transmissibles, Sélection de la 20e édition du FESPACO.
Dao, star de cinéma en Haïti, est le soi-disant « Président du Compas ». Il a les femmes à ses pieds et se sent invincible. Mais la maladie le menace et peut mettre fin à sa carrière. Nina arrivera-t-elle à le convaincre de se faire soigner ?