Événements

Français et Algériens
Art, mémoires et histoire

Français

Association Harkis et Droits de l’Homme

10 ET 28 OCTOBRE

Fnac Ternes, vendredi 10 oct.. – 17h30
Fnac Ternes : 26-30, avenue des Ternes – Paris XVII

Forum débat : Algérie, une histoire très actuelle
Rencontre avec Gilles Manceron – historien, spécialiste du colonialisme français – Karima Berger et Yasmina Khadra – tous deux algériens, vivent en France et écrivent en français – et Magyd Cherfi – chanteur, écrivain, membre du groupe Zebda.
« L’Algérie, c’est le pays des paradoxes… »
Gilles Manceron, Karima Berger, Yasmina Khadra, et Magyd Cherfi

Fnac Digitale Odéon,, vendredi 28 oct.. – 18 h
Fnac Digitale Odéon : 77 bd St Germain – Paris VI

Forum débat : mémoires et histoire
Rencontre avec Maïssa Bey – présidente de « Paroles et écriture », association féministe algérienne; Maïssa Bey vit en Algérie, écrit en français – Bachir Hadjadj – auteur de « Les voleurs de rêves », prix Seligmann 2007 – Hadjila Kemoum et Fatima Besnaci-Lancou – écrivaines françaises, d’origine algérienne, qui ont toutes deux connu les camps de Harkis en France dont celui de Rivesaltes.
« L’écriture : une voix parmi les voies …. vers l’apaisement »


LE SÉNAT – LE 18 OCTOBRE
15te rue de Vaugirard – Paris VI. Se munir d’une carte d’identité. Métro : Odéon, St Michel. RER : Luxembourg

Colloque :: 14h – salle Monerville
entrée libre sur réservation par courrier au Sénat ou par télécopie au 01 42 34 43 44

Le musée mémorial du camp de Rivesaltes
Après avoir servi successivement entre 1939 et 1942 de camp d’internement de Républicains espagnols, de Tsiganes et de juifs de toutes nationalités, le camp de Rivesaltes devient un « haut lieu » de la mémoire des harkis, entre autres.
http://www.cg66.fr/culture/memorial/index.html
Avec Denis Peschanski – Directeur CNRS, historien-, Marianne Petit – directrice du Musée Mémorial du camp de Rivesaltes – Anne Grynberg – Historienne, Professeure des Universités, spécialiste de l’histoire juive contemporaine et de la Shoah – Abderrahmane Moumen – Historien, Docteur en Histoire, chargé de recherche au Musée Mémorial de Rivesaltes.

En introduction, « C’étaient les harkis » 1963, documentaire de l’INA (11 minutes).

Rencontre débat :: 16h – salle Monerville
entrée libre sur réservation par courrier au Sénat ou par télécopie au 01 42 34 43 44

Algérie, au fil des pages
Deux tables-rondes dirigées par Zineb Ali Benali – professeur de lettres a l’université de Paris VIII -avec Yahia Belaskri, Karima Berger, Maïssa Bey, Eveline Caduc, Magyd Cherfi, Jacques Ferrandez, Bachir Hadjadj, Hadjila Kemoum, Benjamin Stora, Marc Testud, Behja Traversac.
Ces auteurs nous livrent, chacun à sa manière, des textes ou des images sensibles, profondes poignantes et parfois même cruelles. Si leurs textes mettent en lumière la complexité de l’histoire franco-algérienne, les écrivains sont là aussi pour approfondir l’échange.


LE SENAT – 13 AU 22 OCTOBRE
15ter rue de Vaugirard – Paris VI. Se munir d’une carte d’identité. Métro : Odéon, St Michel. RER : Luxembourg

Exposition :: galerie des Questeurs

Les harkis dans la colonisation et ses suites
Initiative citoyenne d’éducation, cette exposition itinérante a pour objectif d’apporter un regard nouveau et plus apaisé sur cette partie de l’histoire franco-algérienne souvent déformée par des idées reçues. Elle s’adresse à un très large public : enseignants et leurs élèves, éducateurs, représentants d’associations, visiteurs autonomes…
L’exposition complète de manière originale des projets éducatifs plus globaux comme des colloques, des rencontres-débats, des animations culturelles…
_ Visites gratuites ouvertes au public du lundi au samedi de 9 h à 16 h sur réservation uniquement : reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 92 28.
_ Visites gratuites guidées sous la direction de la Ligue de L’enseignement, proposées aux scolaires sur réservation uniquement : reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 92 28.
Visite adaptée à tous les jeunes du CM2 à la terminale. Durée de la visite : 1h 1/2.

Conférence de presse et inauguration de l’exposition sur invitation le 15 octobre à 18 h


HOTEL DE VILLE PARIS – 21 OCT
4 rue Lobau – 75004 PARIS – Métro : Hotel de Ville

Colloque International – Auditorium
Coordination Gilles MANCERON.
Ouvert au public sur réservation – reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 92 28

Nouvelles approches sur l’histoire des harkis dans la colonisation & ses suites

Les supplétifs durant la guerre d’Algérie et lors de l’indépendance

9 H – 13 H
Séance présidée par M. René Gallissot, professeur honoraire à l’université Paris VIII :
_ « Le sentiment national algérien et sa diffusion progressive mais inégale durant la guerre d’indépendance algérienne » Mohammed HARBI, professeur émérite université Paris VIII, (sous réserve).
_ « Les sentiments d’appartenance et horizons identitaires dans les campagnes de l’Algérie coloniale »
– Omar Carlier, professeur à l’université Paris VII.
_ « Les supplétifs en Algérie pendant la guerre – Mémoire, représentation et Histoire » François-Xavier Hautreux, université Paris X.
Extraits de films : exemples de parcours d’anciens harkis.
_ « Les massacres d’anciens harkis entre 1962 et 1964 en Algérie d’après les archives du Service Historique de l’armée de terre » Abderrahmane MOUMEN, historien, chercheur associé au Centre de recherches historiques sur les sociétés méditerranéennes (CRHISM), université de Perpignan.

14 H – 19 H
Séance présidée par M. Jean Lacouture, journaliste et écrivain
_ « Un cas particulier : la Force de police auxiliaire de Paris (1958-1961) » Linda AMIRI, Centre d’histoire de Sciences Po Paris
_ « L’idéologie des officiers de harkis, entre paternalisme et aventurisme. De Jean Servier à Raymond Montaner » Neil Macmaster, maître de conférences honoraire à l’École d’études politiques, sociales et internationales de l’université d’East Anglia (Norwich).
_ « Peut-on parler, et dans quel sens, de l’abandon des harkis par la France ? » Table ronde animée par Gilles Manceron, avec Jean Lacouture, Abderrahmane Moumen, Jean Jacques Jordi, université d’Aix en Provence.


HOTEL DE VILLE PARIS – 22 OCT
4 rue Lobau – 75004 Paris – Métro : Hotel de Ville

Colloque international – auditorium

Coordination Gilles Manceron.
Ouvert au public sur réservation – reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 92 28

Nouvelles approches sur l’histoire des harkis dans la colonisation & ses suites

La formation de la « communauté Harkie » en France après l’indépendance de l’Algérie (1962-2008)

9 H – 13 H
Séance présidée par Jacques Frémeaux, professeur à la Sorbonne- université Paris IV
_ « Eté 1962, le transfert vers la métropole des pieds-noirs et des harkis: quelle mémoire pour un des plus importants déplacements de population ? » par M. Aymeric Perroy, secrétaire général adjoint et responsable scientifique de l’association French Lines.
_ « Les relations entre descendants de harkis et descendants d’immigrés en France au sein d’un même espace de résidence. » par Giulia Fabbiano, socio-anthropologue, CADIS – EHESS.
_ « Un exemple de hameau de forestage : Fuveau (Bouches-du-Rhône), 1963-2008 » par Jeannette Miller, historienne, université de Pennsylvanie.
_ « L’histoire occultée et la mémoire enfouie des harkis comme blessure emblématique des mésusages du passé » par Charles Heimberg, historien et didacticien, université de Genève.

14 H – 19 H
Séance présidée par Armand Frémont, géographe, ancien recteur des académies de Grenoble et de
Versailles.
_ « Passé sous silence » : projection du film de Sofia et Malik SAA (durée 26 minutes).
_ « Parcours et destins croisés des familles harkies et immigrées en France, la difficile rencontre entre ces deux communautés » par Marnia Belhadj, sociologue.
_ « Les harkis : violence, abandon et discours figé » par Vincent Crapanzano, ethnologue, Cuny Graduate Center, New-York.
_ « Les processus d’assignation et d’auto-assignation identitaire chez les descendants de harkis »
Table ronde avec Vincent Crapanzano, Marnia Belhadj, Giulia Fabbiano et Abdel Kader Hamadi, laboratoire Migrinter du CNRS à l’université de Poitiers.
_ « Comment dépasser les clichés et stéréotypes relatifs à l’histoire des harkis? » Table ronde avec Catherine de Wenden – directeur de recherche au CNRS, Ghaleb Bencheikh journaliste et écrivain
– Ali AISSAOUI – médecin.


HOTEL DE VILLE PARIS – 25 OCT..

Journée d »étude pour les enseignants – Auditorium
Sur réservation uniquement – reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 91 88

Enseignement Et Transmission

Mémoires et histoire de la colonisation en général et des harkis en particulier

9 H – 13 H
_ « Présentation de la journée : les enjeux de l’inscription scolaire de l’histoire des harkis » par Benoit Falaize, chargé d’études et de recherche à l’I.N.R.P. – Institut national de recherche pédagogique
_ « Les Algériens et l’armée française à l’époque coloniale » par Gilbert MEYNIER, historien, professeur émérite Université de Nancy 2.
_ « Les supplétifs dans la guerre d’Algérie et ses suites : historiographie et enjeux mémoriels » par Gilles Manceron, historien.
_ « La place des harkis dans les manuels d’histoire du secondaire (1962-1990) », par Françoise Lantheaume, université de Lyon, UMR Education & politiques (Lyon 2 – INRP)
_ « La place des harkis dans l’enseignement aujourd’hui » par Pascal Mériaux (INRP).
_ « L’abandon des harkis par la France et leur perception par l’opinion : des questions en débat », table ronde animée par Gilles Manceron et Benoit Falaize (INRP) avec Neil Macmaster, maître de conférences honoraire à l’École d’études politiques, sociales et internationales de l’université d’East Anglia (Norwich), Guy Pervillie, historien, université de Toulouse Le Mirail et Abderrahmane Moumen, historien, chercheur associé au Centre de recherches historiques sur les sociétés méditerranéennes (CRHISM), université de Perpignan

14 H – 18 H
_ « Comment travailler l’histoire et la mémoire des harkis avec les élèves d’un pays en marge de la guerre d’Algérie comme la Suisse » par Charles Heimberg, historien et didacticien, université de Genève.
_ « Sur la production littéraire des descendants de harkis » Giulia Fabbiano
_ « La transmission scolaire en question » table ronde animée par Benoit Falaize (INRP) avec Claire Podetti, professeure d’histoire, Malika Ouadi, professeure de Lettres et Fatima Besnaci-Lancou : « Entreprendre l’histoire des harkis au collège ; la place du témoignage à l’école » avec Marianne Petit, directrice du Musée Mémorial du camp de Rivesaltes : « Quelle offre pédagogique pour ce lieu de mémoire? ».
_ « Les amandiers de l’Histoire », film de Jaco Bidermann – 52mn : analyse par Boris Cyrulnik, psychiatre et écrivain.
_ « Conclusions » par Philippe Joutard, historien, ancien recteur, président du comité pédagogique de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration.

THEATRE DU SOLEIL

Le lundi 13 octobre à 20 h

Madame Lafrance
Spectacle d’après le livre de Maïssa Bey « Pierre Sang, Papier ou Cendre » éditions de l’aube.
Mise en scène : Jean-Marie Lejude, assisté de Marine Mane
Lumière et scénographie Thierry Vareille.
Compagnie : L’œil du tigre.
Coproduction : Le nouveau relax et les 7 collines.
Comédiens : Fatima Aibout, Lahcen Razzougui,
avec Eric Proud à l’accordéon.
Entrée : 10 €.
Gratuit pour les étudiants sur justificatif.
Billetterie sur place. Réservation : reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 91 88
14 juin 1830 : un enfant debout face à la mer voit arriver une flotte constituée de près d’un millier de vaisseaux. Madame Lafrance est venue conquérir une terre peuplée, dit-on, de sauvages.
Juillet 1962 : un enfant debout face à la mer regarde les bateaux qui quittent le port d’Alger, emportant des milliers de familles désemparées par la nouvelle réalité de l’Algérie indépendante.

Le lundi 20 octobre à 20 h

Enfant de harki
d’après le texte de Dalila Kerchouche, mise en scène : Christine Faure.
Scénographie, lumière : Christine Faure, Marie-Christine Aury.
Création sonore : Karina Ketz.
Avec : Marie-Christine Aury, Cyril Passadori, Arnaud Rouanet.
Entrée : 10 €. Gratuit pour les étudiants sur justificatif.
Billetterie sur place. Réservation : reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 91 88
A travers les événements du camp de harkis de BIAS et la mémoire d’une Algérie écorchée vive, l’histoire des harkis interroge la France sur son rapport à l’autre et nous interroge sur notre propre rapport à l’autre.
Plus que d’un simple témoignage, il s’agit ici d’une dénonciation. Dénonciation et non accusation. Et aussi une confrontation avec notre passé et notre présent, avec nous-mêmes.


MAISON DE LA MIXITÉ – 29 OCT
70, rue des Rigoles 75020 Paris. Métro : Jourdain

La Maison de la Mixité est un lieu de partage, d’échanges, de rencontres et d’activités, tant intellectuelles qu’artistiques. Egalité, Laïcité, Mixité sont ses maîtres mots.
Entrée libre dans la limité des places disponibles.

Exposition de 10 h à 22 h

Les Harkis dans la colonisation et ses suites la période des camps.

Film et débat à 19 h

Le lait amer
« Karin sort d’un tiroir un album de photographies de visages lointains et inconnus d’elle. Mohamed retourne sur les lieux de son enfance accompagné de sa mère et de sa soeur aînée. Karin et Mohamed sont nés en France. Leurs parents s’y sont installés au début des années soixante. Leurs pères, tous deux morts, ont vécu la guerre d’Algérie et n’en n’ont jamais parlé. Aujourd’hui, leurs enfants refont le chemin de cette histoire ».
Film et débat en présence de Sihem Habchi, Présidente du Mouvement Ni Putes Ni Soumises, de Rebecca Houzel, auteure et réalisatrice, de Karin Ykhlef, un des témoins principaux du documentaire, et de Sylvie Thénault, historienne (sous réserve).
Production et diffusion : Petit à Petit production/CRDP de Créteil/CNRS Images
Entrée libre sur réservation : reservationsAHDH@gmail.com ou _ 01 53 46 63 00


LE LUCERNAIRE – 27 OCT à 20
53 rue Notre Dame des Champs – 75006 Paris. Métro : Notre-Dame-des-Champs. Bus n° 58, 68, 82

Lectures
Entrée libre sur réservation : reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 91 88

Nos mères paroles blessées
Editions Zellige, 2006.
Lectures par Nadia Samir, comédienne, metteur en scène et réalisatrice, Guerline Sénatus, comédienne, et Zohra Zarouri, présidente de l’association « Nouveau regard », en présence de l’auteure, Fatima Besnaci-Lancou.

Yamna, 16 ans en 1962
« …Arrivée en France dans le camps de Rivesaltes, je n’avais toujours pas grandi. J’avais envie que l’on prenne soin de moi. Je voulais que mon mari s’occupe plus de moi. Ça l’agaçait. Nous nous disputions très souvent. Maintenant que je suis vieille, j’ai pris conscience qu’il était aussi très jeune. Il avait 17 ans. Il avait sans doute besoin que l’on s’occupe de lui, aussi… »

Fatima, 31 ans en 1963
« …Je me souviens très bien de la traversée de la Méditerranée en janvier 1963. Mes enfants m’entouraient comme des poussins autour d’une poule… je réconfortais les femmes qui pleuraient. J’avais aussi assisté une femme qui avait accouché dans la cale pendant la traversée… »


LA SORBONNE – 17 OCT.. – 17 H
Salle Louis Liard : 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris – Métro : Odéon ou Saint-Michel

Hommages
A l’occasion de la disparition de Germaine Tillion, ethnologue, spécialiste des Aurès et d’Aimé Cesaire, célèbre écrivain et poète, l’association Harkis et Droits de l’Homme – AHDH leur rend hommage pour leur combat en faveur de la dignité humaine.

Germaine Tillion ou le respect de l’autre
L’hommage sera rendu par Nabile FARES, psychanalyste et écrivain
« Si l’ethnologie,
qui est affaire de patience,
d’écoute, de courtoisie et de temps,
peut encore servir à quelque chose,
c’est à apprendre à vivre ensemble. »

Aimé Césaire ou le poète de l’universelle fraternité
L’hommage sera rendu par Gisèle Bourquin, Présidente de « Femmes au-delà des mers »
.
« Entre désintégration et intégration,
il y a de la place pour l’invention.
Nous sommes condamnés
à inventer ensemble
ou à sombrer,
et pas forcément pavillon haut »
Assemblée Nationale, 12 mars 1946

LA SORBONNE :: 10 & 17 OCT
Salle Louis Liard – 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris – Métro : Odéon ou Saint-Michel
Grand Salon – 47 rue des écoles 75005 Paris.

Soirée Inaugurale – grand salon – 10 oct – 20 h sur invitation

Symphonie n° 38 en ré majeur, Prague de Mozart.
Orchestres de Jeunes Alfred Loewenguth (OJAL). Aurélien Azan-Zielinski, chef d’orchestre

Lecture de textes d’Albert Camus
par Maïssa Bey, auteure algérienne, sur une musique de Samuel Barber (orchestre Alfred Loewenguth) suivi d’un cocktail.
« … A midi, sur les pentes à demi sableuses et couvertes d’héliotropes
comme d’une écume
qu’auraient laissée en se retirant
les vagues furieuses des derniers jours,
je regardais la mer qui, à cette heure,
se soulevait à peine d’un mouvement épuisé
et je rassasiais les deux soifs
qu’on ne peut tromper longtemps sans que l’être se dessèche,
je veux dire aimer et admirer.
Car, il y a seulement de la malchance à n’être pas aimé :
il y a du malheur à ne point aimer.
Nous tous, aujourd’hui, mourons de ce malheur.
C’est que le sang, les haines décharnent le coeur lui-même;
la longue revendication de la justice épuise l’amour
qui pourtant lui a donné naissance.
Dans la clameur où nous vivons,
l’amour est impossible et la justice ne suffit pas… »
Albert CAMUS – Retour à Tipaza

Film – débat – salle louis liard, le 17 oct.- 19 h..
Entrée libre sur réservation – reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 92 28

Le silence du fleuve
Film de Mehdi Lallaoui, sur le drame du 17 octobre 1961 à Paris.
Débat sous la direction de Gilles Manceron et Samia Messaoudi, avec l’association « Au nom de la mémoire », Jim house et Neil macmaster, auteurs de « PARIS 1961 » ed. Tallandier 2008, Nabile Farès, écrivain psychanalyste, Mehdi Lallaoui, cinéaste.
Jim House enseigne à l’université de Leeds, où il dirige le Centre d’études culturelles françaises et francophones, Neil Macmaster est maître de conférences honoraire à l’École d’études politiques, sociales et internationales de l’université d’East Anglia (Norwich), Mehdi Lallaoui, cinéaste, a réalisé entre autres « D’ici et d’ailleurs 1851-1918 », « Les massacres de sétif, un certain 8 mai 1945 », Nabile Farès, est écrivain et psychanalyste.


INSTITUT DES CULTURES D’ISLAM
19 – 23 rue Léon 75018 Paris. Métro : Château rouge

Exposition du 10 au 31 oct..
Entrée libre du mardi au samedi de 14 h à 19 h.

_ Treize Chibanis Harkis
« …L’image de ma mère me hantait…
Elle était très coquette.
Elle marchait comme une reine,
le dos bien droit et le front tatoué,
toujours fière… »
Peintures de Serge vollin
Textes de Fatima Besnaci-Lancou
Cette exposition réunit deux enfants de l’exil, venus du même pays, témoins du même drame, chacun ayant fait oeuvre de résilience à sa façon : l peinture et le dessin pour Serge Vollin,
l’écriture et l’engagement pour Fatima Besnaci-Lancou.

Leur histoire propre est un écho à celle des autres et à la nôtre.
Cette exposition prouve que l’Art, l’Histoire et la Mémoire peuvent dialoguer, pour mieux nous éclairer.

Visites guidées gratuites, ouvertes au public, du mardi au samedi à 16 h sur réservation uniquement : reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 92 28

Visites guidées sous la direction de la Ligue de l’enseignement, proposées aux scolaires et aux groupes accompagnés sur réservation uniquement : reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 92 28

Visite gratuite, adaptée à tous les jeunes du CM2 à la terminale. Durée de la visite : 1h 30.

Conférence de presse et inauguration, le 14 octobre à 19 h. en présence des deux auteurs.

Conférence débat,, vendredi 24 octobre à 19 h..
Avec Nabile Fares, écrivain, psychanalyste, qui parlera des peintures et du livre « Treize chibanis harkis ».
Après un doctorat en sociologie, une thèse en philosophie et sciences humaines, Nabile Farès enseigne en France, en Espagne, en Algérie, de nouveau en France où il est maître de conférences en littérature comparée à l’université Stendhal de Grenoble et psychanalyste.


HOTEL NATIONAL des INVALIDES 10 – 31 OCT
MUSÉE DES ARMÉES
129 rue de Grenelle – 75 Paris VII. Métro : Latour Maubourg, Invalides, Varenne, St François Xavier,
Invalides. Bus n°28, 63, 69, 80, 82, 83, 87, 92, 93, Balabus

Exposition Photos
Entrée libre tous les jours de 10 h à 17 h

Harkis, portraits au camp des invisibles
Photographies Elisa Cornu, photographe-plasticienne
Avec la participation de Dupon, laboratoires professionnels, Fuji Film France, et du Conseil Général des Bouches du Rhône et du Ministère de la défense.
Elisa Cornu raconte les harkis du camp de Fuveau avec lesquels elle a partagé, pendant plus d’une année, leur quotidien. L’exposition se poursuit par une présentation des paysages du camp du Logis d’Anne : c’est la problématique de l’exil qui est abordée ici. Identité et racine, ces mots se crispent dans notre société, liés à la modernité, mais il s’agit ici de Temps et d’Hommes… donc de Mémoire. »
Le travail d’Elisa Cornu au-delà de la technique photographique, apporte au spectateur le recul artistique nécessaire à une réflexion sur l’homme dans ce qu’il a d’universel ; il nous intéresse particulièrement car l’histoire des Harkis hante notre territoire national et l’ Histoire de la France.


LES FILMS DE L »EVENEMENT

Le Silence du fleuve de Agnès Denis et Mehdi Lalaoui, 1991
La Sorbonne, le 17 octobre à 19 h
Ce film est un exposé des circonstances dans lesquelles s’est déroulée la manifestation du 17 octobre 1961 à l’appel du FLN. En mêlant interviews de témoins et de protagonistes exprimant des points de vue différents, documents d’époque et séquences tournées trente ans après sur les lieux mêmes des événements, le réalisateur tente d’éclaircir le mystère qui entoure encore ce drame de la guerre d’Algérie.

Passé sous silence de Sofia et Malik SAA, 2001
Hôtel de ville de Paris, le 22 octobre à 14 h
A l’aube de ses 18 ans, Malik a reçu du gouvernement français une lettre lui demandant de choisir le pays dans lequel il souhaite faire son service militaire. Pourtant, il n’a toujours eu qu’une nationalité : française.
Troublé par ce courrier, il décide de partir à la recherche de son identité. Au-delà de ses papiers, au-delà de sa culture mixte, il découvre son histoire, celle de cette communauté ballottée entre deux cultures. L’hstoire de son père et de son grand-père harkis.
Parcourant la France des vallons du Languedoc aux villes industrielles du Nord, Malik va à la rencontre de ceux qui ont écrit avec lui l’Histoire de la communauté.

Les amandiers de l’histoire de Jaco Bidermann et Valentin LAGARD 2004
Hôtel de ville de Paris, le 25 octobre à 14 h
Quarante ans après le rapatriement d’une communauté harkie dans un village de la basse Ardèche, les survivants décident d’en célébrer l’anniversaire. Militaires et harkis préparent la fête, se replongent dans leurs souvenirs. Les enfants et les petits-enfants, victimes d’une histoire qu’ils n’ont pas vécue, reviennent sur l’engagement de leurs pères et réagissent à l’événement.

Le lait amer de Rébecca Houzel, 2008
Maison de la mixité, le 29 octobre à 19 h
Karin sort d’un tiroir un album de photographies de visages lointains et inconnus d’elle. Mohamed retourne sur les lieux de son enfance accompagné de sa mère et de sa soeur aînée. Karin et Mohamed sont nés en France. Leurs parents s’y sont installés au début des années soixante. Leurs pères, tous deux morts, ont vécu la guerre d’Algérie et n’en n’ont jamais parlé. Aujourd’hui, leurs enfants refont le chemin de cette histoire.

Le choix de mon père de Rabah Zanoun
Le Lucernaire, le 11 octobre à 11 h
52 min. Coproduction: ERE Production, France 3 Lorraine Champagne Ardennes.
Sur réservation : reservationsAHDH@gmail.com ou _ 06 62 74 91 88
Le 13 juillet 1959, dans le 19ème arrondissement de Paris, un militant du FLN (Front de Libération Nationale) refuse d’assassiner un membre du MNA (Mouvement National Algérien), mouvement national rival. Par peur de représailles et se sachant condamné à mort par le FLN, il trouve protection auprès des autorités françaises et s’engage officiellement comme harki le 2 janvier 1960.
« Je suis le fils de cet homme. Pour certains, mon père a trahi son pays, l’Algérie. Pour d’autres, il est un modèle de fidélité à la France. Son histoire, pourtant, contredit ces raccourcis historiques. »