Faire briller Nollywood à Paris

Entretien de claire diao avec Serge Noukoué

Print Friendly, PDF & Email

Deuxième industrie mondiale du cinéma made in Nigeria, « Nollywood » est quasiment absente des écrans français. Pour y remédier, Serge Noukoué, a fondé la Nollywood Film Week. Rendez-vous du 4 au 7 juin pour la 3e édition à Paris.

Afriscope : Quelles sont les nouveautés pour la Nollywood Film Week 2015 ?
Serge Noukoué : Nous aurons un parrain : l’acteur haïtien Jimmy Jean-Louis, qui a fait ses marques à Hollywood, aux États-Unis, mais aussi en France et au Nigéria. Il présentera Jimmy Goes to Nollywood, un documentaire qu’il a réalisé, caméra au poing, à Lagos. Cet acteur au parcours atypique, à la croisée de plusieurs mondes, représente bien l’esprit de la Nollywood Film Week.
Quels seront les films de cette édition 2015 ?
Il y aura dix longs-métrages dont huit en compétition pour le Prix du Public. Nous présentons un panel représentatif de ce qui existe ; de la comédie, du drame, du thriller et même un film d’horreur : c’est une première ! Il y aura également des thématiques sociales importantes pour aller à l’encontre de l’idée que les films de Nollywood ne sont que des films légers. Cela montre aussi le rôle que le cinéma joue de plus en plus au Nigéria dans la conscientisation des publics. Le film de zombie Ojuju parle par exemple de la difficulté d’accès à l’eau potable, Dazzling Mirage de la drépanocytose…
Y a-t-il un public pour les films nigérians et les films afro en général ?
La première année, nous avons réuni 1500 spectateurs. En 2014, 2000. Cette année, nous tablons sur 6000 personnes. Cette industrie touche un grand public et a une portée universelle mais je pense que les distributeurs français ne prennent pas assez de risques pour montrer ces films. Le public en est privé non par manque d’intérêt mais par manque d’accès. Nous avons donc voulu créer cet espace. Notre public est mixte et issu de la diaspora. Notre priorité est de toucher ceux qui peuvent se reconnaître dans les films que l’on présente. Ce n’est pas un acte communautaire. Nous souhaitons donner une image plus positive et moderne de l’Afrique.
En savoir plus :
Nollywood Film Week : Du 4 au 7 juin au Cinéma
L’Arlequin, 76 rue de Rennes, 75 006 Paris. www.nollywoodweek.com

Et aussi : Le Black Movie Summer Festival
Créé en 2013 par Cynthia Bazakana et Magali Mbianda dans le but de pousser les gens à voir « autre chose que des comédies africaines », le Black Movie Summer Festival propose du 10 au 12 juillet au Cinéma Étoile Lilas de Paris, 12 longs-métrages tels que Top Five de Chris Rock, le biopic sur Jimi Hendrix Jimi All is By My Side de John Ridley, Da Sweet Blood Of Jesus de Spike Lee ou encore No Good Dead de Sam Miller interprété par l’acteur Idriss Elba. En proposant des œuvres repérées « en festival, sur Internet ou grâce au bouche-à-oreille », Cynthia Bazakana souhaite montrer des films « méritant d’être vus parce qu’ils ne le sont pas plutôt que parce qu’ils sont pour les Noirs ». Ceux qui rateront l’événement pourront toujours se rattraper sur le site Afrostream pour les dévorer… en VOD.
Plus d’infos : www.blackmovientertainment.com

///Article N° : 12970

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article




Laisser un commentaire