Femmes en mouvement dans la fiction de Nuruddin Farah

Lire hors-ligne :

Par-delà les clichés dont on affuble la vision de la femme développée par le grand écrivain somalien, l’écrivain djiboutien Abdourahman A. Waberi remet les pendules à l’heure.

De cet auteur doué, grand romancier de la condition humaine, premier écrivain au sens moderne du terme à écrire dans sa langue maternelle, le somali, on retient encore et toujours sa sympathie, au sens très fort du mot, envers les femmes. Pour qui parcourt régulièrement les arcanes de l’exégèse farahienne, cette remarque est devenue d’abord...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire