« Images en puissance »

Entretien de Marian Nur Goni avec Sammy Baloji

Juillet 2008
Print Friendly, PDF & Email

La première édition de Picha – les Rencontres de l’Image de Lubumbashi, en République démocratique du Congo, s’est tenue du 13 au 22 juin 2008 : retour sur un premier festival prometteur avec Sammy Baloji son directeur artistique !

Pouvez-vous nous esquisser le contexte lushois dans lequel les Rencontres de l’Image ont été créées ? Quelles réflexions préalables vous ont amenés à créer cet événement et quels en étaient les objectifs ?
Les réflexions initiales étaient simples : témoigner de l’existence d’un engouement local autour de l’image. Ceci depuis la naissance du collectif Vicanos en 1993 qui était au départ focalisé sur la bande dessinée, avant de s’intéresser à l’audiovisuel en 1998.
Comme contexte général, la reconnaissance nationale et internationale des activités artistiques lushoises menées au sein du collectif Vicanos Club, puis le soutien de l’Espace Culturel Francophone de Lubumbashi ainsi que les initiatives de Hubert Maheux, Attaché de Coopération de l’Ambassade de France, ont permis de construire un cadre de rencontre autour des différentes approches de l’image : la photographie, la vidéo art et le cinéma.
Des artistes sont venus à Lubumbashi : Marie-Françoise Plissart (photographe belge), lauréate de la Biennale d’Architecture de Venise en 2004 pour son travail original sur Kinshasa réalisé avec Filip De Boeck, Anne Lescot (réalisatrice franco haïtienne) et Mauro Pinto (photographe mozambicain). À partir de là, l’équipe lushoise (Vicanos Club et Association de la Halle de l’Étoile) a entamé des réflexions sur la création d’une plate-forme d’échanges. Ainsi, les Rencontres se sont définies suivant les orientations des acteurs locaux qui se démarquaient dans les différents domaines de l’image. Douglas Masamuna dans le cinéma, Gulda El Magambo et moi dans la photographie et la vidéo art.
Durant toutes ces années, les recherches expérimentales d’une écriture particulière et identitaire locale étaient restées enclavées et souffraient d’un manque de visibilité et d’échange avec des professionnels nationaux et internationaux. Il était donc important de réunir ces énergies autour d’une plate-forme (PICHA ! qui puisse permettre de confronter différentes réalités et expériences.
Tout cela dans le but d’encourager les créations locales, de les promouvoir et de créer des réseaux de diffusion.
D’après son site Internet et vu de l’extérieur, le premier festival donne l’impression d’avoir été rondement mené par une équipe très professionnelle et soudée au service des Rencontres. Comment s’est passée la mise en place du festival ? Quel est le budget de l’événement et quels ont été vos soutiens ?
Depuis 2007, l’équipe d’organisation des Rencontres s’est beaucoup investie dans la réalisation du projet. Fin 2007, Douglas Masamuna a bénéficié d’une bourse de l’Espace Culturel Francophone de Lubumbashi qui lui a permis de se rendre quinze jours à Paris afin d’organiser une première mouture du projet Rencontres PICHA avec Anne Lescot. Plus tard, grâce à l’expérience de la programmatrice cinéma des Rencontres, Rosa Spaliviero, nous avons conclu les contours de l’aspect cinéma. Quant à la photographie et la vidéo d’art, sur les conseils de Mauro Pinto et de Simon Njami, Gulda et moi avons supervisé ces deux volets.
L’administrateur de l’équipe, la chargée des finances et le chargé de communication, respectivement : Patrick Mudekereza, Rose-Mary Binene et Alex Mulongo, avaient déjà une expérience de ce type d’organisation, car ils avaient travaillé sur un Festival International « Lubum Hip-hop » et le carnaval de musique « Citoyens du monde », financé par l’Union Européenne.
Dans ces conditions, l’équipe était suffisamment rôdée, et il ne nous restait plus qu’à nous souder les coudes. Ce qui a été le cas.
Nous avons reçu différents soutiens venus de l’extérieur mais aussi de l’intérieur. La Fondation Georges Forrest a été fondamentale dans la mise en place du projet. Elle nous a en effet permis de faire les premières démarches importantes. Il s’agit d’environ 30 % du total du budget. Nous avons également pu bénéficier de l’appui de partenaires internationaux, tels que le Ministère des Affaires Étrangères de France, Africalia, CulturesFrance, le Centre Wallonie-Bruxelles, la Fondation Blachère. La collaboration du réseau des Centres Culturels Français (notamment Maputo et Pointe-Noire) nous a permis de faciliter la venue de certains artistes. Localement, plusieurs sponsors ont cru en notre projet : l’ONG Alba, la banque TMB, la Brassimba et Celtel. La CTB nous a aidés en prêtant du matériel technique indispensable aux projections en plein air. PICHA a bénéficié enfin d’un large soutien des institutions et des associations locales en terme d’autorisations, de salles, de matériel et de partenariats locaux. Le budget total était de 80.000 USD.
Quels choix artistiques ont présidé à cette première édition ?
Au départ, nous avons souhaité trouver un point de connexion entre les différents axes (cinéma, photographie, vidéo art). Nous avons décidé de les réunir autour d’un thème afin de créer une cohérence d’idées dans les Rencontres. « Image en Puissance » a été le thème retenu pour la première édition, car il est intrinsèque à la réalité de la création lushoise d’aujourd’hui. Image en puissance, en devenir. Devenir par le fruit des rencontres, des échanges, des croisements de cultures, des regards, des visions du monde.
Au départ, des jeunes autodidactes tentent de s’affirmer artistiquement dans une société « post-coloniale et post-dictatoriale ». Soucieux de raconter leurs histoires, ils ont une démarche de recherche d’identité, d’affirmation, et de positionnement dans un environnement longtemps enclavé et bientôt cosmopolite.
La première édition des Rencontres de l’image de Lubumbashi est à la base d’une prise de conscience du pouvoir de l’image. Documentaire, fiction ou vidéo artistique, l’image témoigne, parle et s’inscrit dans le temps et dans l’espace. Nous avons souhaité confronter plusieurs regards professionnels et amateurs, nationaux et internationaux autour de l’image en puissance afin d’offrir une palette complète de diverses perceptions et approches de l’image.
Je me suis chargé de faire la sélection des photographies ainsi que des vidéos art, et Douglas Masamuna s’est concentré sur les Rencontres Professionnelles sur l’audiovisuel et sur la programmation des films en compétition. Rosa Spaliviero s’est chargée de la programmation et de la coordination du volet cinéma, suite à son expérience dans d’autres festivals (Dockanema, le Festival du Film Documentaire de Maputo, Afrique Taille XL / Festival des cinémas africains de Bruxelles et Afrika Filmfestival de Leuven).
Quel est le bilan de cette première édition et quelles sont ses perspectives d’avenir ?
Le bilan est largement positif pour une première édition, vu les conditions de travail, les résultats atteints et la satisfaction des institutions partenaires, du public et de tous les artistes invités.
Concernant le volet cinéma, la mise en place d’une compétition de films locaux a eu un grand retentissement auprès de tous les jeunes cinéastes congolais (de Lubumbashi, de Kinshasa, mais aussi de Bukavu et de Goma). Elle a démontré la qualité de la jeune création, largement autodidacte, auprès du public, des professionnels et des invités. Le Président du Jury, Guido Convents, codirecteur de l’Afrika Filmfestival, historien de cinéma et secrétaire de rédaction de la revue SIGNIS MEDIA, a annoncé aux lauréats la sélection de leurs films à la prochaine édition de l’Afrika Filmfestival en 2009. C’est un signe d’espoir d’une véritable visibilité des jeunes créations locales qui motive les candidats à déposer leur film à la prochaine édition de PICHA.
Une rencontre professionnelle entre opérateurs congolais dans l’audiovisuel a abouti à la mise en place d’une plate-forme, dénommée « RENAV » (Réseau National de l’Audiovisuel), qui agira pour une meilleure diffusion et promotion du cinéma national.
La projection de vidéos d’art durant les Rencontres, une première à Lubumbashi, fut une découverte pour le public. La présence de deux vidéastes de renom : Berry Bickle (Zimbabwe) et Robert Cahen (France), a permis un dialogue avec le public.
Enfin, dans le cadre du programme de photographie, de nombreux photographes (nationaux ou internationaux) étaient présents. Les expositions étaient dévoilées dans 5 lieux différents de la ville.
Un atelier de Marie-Françoise Plissart, d’une durée de 10 jours avant les Rencontres, a réuni 10 jeunes photographes lushois qui ont produit un travail, diffusé durant PICHA.
Parmi toutes les photos qui ont été tirées pour les expositions, plusieurs sélections seront présentées à l’étranger : Picha voyagera en 2008-2009. Nous avons pris contact avec les responsables de la Biennale de Photographie « Fotofesta » qui aura lieu à Maputo en octobre 2008, et avec le directeur du CCF de Pointe-Noire (Congo-Brazzaville) pour février 2009.
Le souhait est de faire exister ce qui a été produit par PICHA après l’événement. L’équipe a prévu également quelques petites manifestations à Lubumbashi durant l’année 2009 (notamment des reprises de films dans les écoles ou dans des lieux ciblés).
Quel type de public avez-vous touché ? Une des critiques souvent entendues au sujet des Rencontres africaines de la photographie de Bamako est que la population locale n’est pas au rendez-vous. Quelles stratégies avez-vous mis en place pour éviter cet écueil ?
Une stratégie déterminée dès le début du projet était celle d’aller vers les quartiers périphériques, de sortir de la Halle de l’Étoile (Espace Culturel Francophone) et du Musée de Lubumbashi pour atteindre un public plus large. PICHA a eu lieu dans 11 sites différents de la ville, en périphérie (5 communes atteintes) comme au centre. Par exemple, les projections en plein air des photographies en diaporama, réalisées dans le cadre de l’atelier de Marie-Françoise Plissart sur le thème des « Paysages urbains » a créé un grand engouement auprès des spectateurs.
Au-delà des projections en plein air, épisodiques, donnant une émotion, un aperçu, aux spectateurs, une collaboration a été établie avec la Maison des Jeunes dans la commune de la Ruashi et l’Université de Lubumbashi durant toute la durée de l’événement. Des rencontres et des débats avec les réalisateurs et les artistes ont été organisés à plusieurs reprises, notamment à la Halle de l’Étoile et à l’Université de Lubumbashi. On a comptabilisé 2.500 spectateurs et 4.000 visiteurs. Les projections de l’Université n’ont pas donné les résultats espérés, car la période d’examen entravait la participation active de nombreux étudiants. Le public était en majorité local (environ 90 %), contrairement à ce que l’on imagine.
Vous venez du monde de la BD : comment êtes-vous passé de la BD à la photographie ? Comment s’est effectué ce passage ? Que vous apporte la photographie par rapport au dessin ?
Oui, c’est vrai que je viens du monde de la BD. Ce qui m’a personnellement intéressé dans la photographie c’est le contact qui se passe avec l’autre, avec l’espace avant de constituer une image. Avant d’appuyer sur le déclencheur. En effet, j’avais toujours voulu m’inspirer d’un décor vrai pour le représenter dans mes planches. Pour cela, il été nécessaire de photographier d’abord le lieu. Je me suis, un peu plus tard, confronté aux réactions intrigantes de l’État congolais et même des citoyens congolais vis-à-vis de l’acte de photographier des lieux publics ainsi que des faits anodins du quotidien lushois.
La photographie me permet d’observer ma société de manière plus « participative ».
Lors de l’exposition Nouvelles africaines en 2006 (1), vous nous aviez fait parvenir un travail sur la Gécamines, nommé « Lubumbashi Wantashi », avec un texte très touchant sur la jeunesse lushoise issue du milieu ouvrier et attachée à son histoire. C’est un peu plus tard que j’ai découvert vos photomontages… Pouvez-vous nous raconter la genèse et l’évolution de ce travail, désormais internationalement salué ?
L’une des choses qui m’a frappé dans ces sites miniers de la Gécamines, c’est l’esthétique, la beauté et la poésie qui se dégageaient de ces ruines. Cela s’est produit pour la première fois en 2004. Avant cela, je n’avais jamais été fouiner dans ces espaces miniers. Toujours est-il que j’avais conscience de la réputation économique de la grande entreprise qu’était la Gécamines jusque vers 1990.
J’y suis retourné plusieurs fois autant par curiosité que par besoin de saisir à la fois l’aspect historique et présent qui se dégage cruellement de ces lieux.
En 2005, Hubert Maheux et moi avons découvert les premières photos du fonds Gécamines, un ensemble composé de plus de 20. 000 clichés d’archives datant de 1905 à 1960. Actuellement, ils sont sauvegardés par M. Georges Forrest à la Médiathèque de l’Espace Culturel Francophone. Cette découverte m’a finalement permis de construire la confrontation entre les différentes époques.
Quels sont vos prochains projets personnels ?
Je suis intéressé par les traces des « Congos ». Les esclaves et engagés partis de Loango, aujourd’hui Pointe-Noire (Congo Brazzaville), et de Boma (RDC) par milliers vers les Caraïbes, l’Europe et l’Amérique au XIXe siècle.

1. L’exposition Nouvelles africaines – Quand l’Afrique s’expose en images a été présenté dans les rues du 20ème arrondissement de Paris en septembre-octobre 2006, elle donnait à voir les travaux de plus de soixante-cinq photographes, émergent ou confirmés, du continent africain. L’idée centrale du projet était de proposer des visions de l’intérieur de l’Afrique et loin de stéréotypes.
Nota bene : Les réponses de Sammy Baloji ont été travaillées en équipe avec Rosa Spaliviero, chargée de programmation cinéma et Patrick Mudekereza, administrateur et chargé du sponsoring de la manifestation.
Site web : http://www.rencontrespicha.org////Article N° : 8062

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
© Patrick Kazadi
Mufwankolo devant une photo de Marie-Françoise Plissart. © Patrick Kazadi
Soirée d'ouverture à la Halle de l'Étoile : le photographe mozambicain Mauro Pinto avec Trésor Makonga (webmaster de PICHA). © Patrick Kazadi
© Patrick Kazadi
© Patrick Kazadi
© Patrick Kazadi
Ouverture des expositions photos au Musée de Lubumbashi. © Patrick Kazadi
Ouverture des expositions photos au Musée de Lubumbashi. © Patrick Kazadi
Soirée de clôture au Zoo de Lubumbashi : quelques lauréats de la compétition des films congolais avec le trophée réalisé par l'artiste Tshime. © Patrick Kazadi
© Patrick Kazadi
© Patrick Kazadi




Laisser un commentaire