La couleur de l’écrivain

Lire hors-ligne :

Sami Tchak n’est pas seulement un écrivain exigeant, il est également un observateur méticuleux de la vie littéraire, un lecteur passionné, un discoureur hors pair mais aussi – peut-être que toute la clairvoyance que procure ses multiples casquettes y conduit – un intellectuel cynique, conscient, trop conscient de sa condition d’écrivain noir, africain, en France et dans le monde. S’il ne craignait pas les références pompeuses et surannées, Sami Tchak aurait pu intituler son livre « comment peut-on être écrivain africain? » car telle est la question qui le traverse de part en part. Et pour y répondre, l’auteur choisit un format quelque peu singulier. Dans un livre qui tient autant du journal que de la satire, de l’autobiographie que du traité de poétique, l’auteur de Place des fêtes function verif_etape(){ if( document.log_review.afc_login.value == "" ){ alert('Vous devez saisir votre identifiant !'); document.log_review.afc_login.focus(); return false; } else if( document.log_review.afc_mdp.value == "" ){ alert('Vous devez entrer votre mot de passe !'); document.log_review.afc_mdp.focus(); return false; } }

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire