Le Guide de la Caraïbe culturelle

De Karole Gizolme et Anne Lescot

Print Friendly, PDF & Email

Paris, 12 janvier 2010 : Anne Lescot & Karole Gizolme ont la sueur au front en corrigeant les épreuves et en vérifiant chaque information de cet énorme bouquin. Soudain, à 12h56 (heure locale) Anne et Karole apprennent que la terre vient de s’effondrer sous les pieds des habitants de Port-au-Prince, berceau de la créolité caribéenne, d’où est née l’idée même de ce livre. Que faire ? Le livre doit sortir, plus que jamais. Anne et Karole hésitent peu, et décident de  » garder intactes les notices, les cartes et la chronologie qui désormais serviront de référence ante-12 janvier « . Ce projet deviendra ainsi, par un hasard tragique, hommage aux victimes et mémorial pour les survivants. C’est aussi le premier guide  » non touristique  » qui fasse le lien entre Haïti et les  » Antilles françaises  » – la Guyane, bizarrement zappée, ne figure même pas dans l’index.
Qu’importe, il faut prendre ce guide tel qu’il est : non pas un panorama complet de  » la Caraïbe culturelle « , comme le laisse croire le titre, mais plus modestement un premier volume consacré à la Guadeloupe, à la Martinique, à Haïti et à leurs diasporas européennes. D’autres tomes suivront, espérons-le, ne fût-ce que pour développer les maigres pages (12 sur 528) consacrées à la Caraïbe  » non-francophone « …
On l’espère d’autant plus que tel quel, ce guide fourmille d’informations, bien lisibles grâce à ses tranches colorées et ses index qui renvoient à près de 2000 entrées numérotées. Cartes et chronologies sont très instructives. L’ensemble est pratique, utilitaire, clairement formaté pour les décideurs, les  » pros  » – artistes, organisateurs ou gens des médias – mais aussi intéressant à consulter pour les Caribéens eux-mêmes, qui manquent souvent d’informations précises sur leurs proches voisins. Comme journaliste, je me souviens d’avoir perdu un temps fou à tenter (en vain) de retrouver les coordonnées d’un ami musicien guadeloupéen, je viens de le retrouver, quinze ans après, grâce à ce guide !
Il va de soi qu’on a ici les adresses électroniques de tous les artistes et organismes recensés. C’est aussi, enfin, un complément indispensable des guides touristiques pour le voyageur qui part aux Antilles pour y bronzer intelligent !
Cependant un tel ouvrage a ses limites. La vie culturelle de la Caraïbe n’y est abordée, dans l’ensemble, que d’un point de vue économique. Elle y est, en tant que telle, totalement absente : pas une image (à part des cartes et quelques pubs), pas un poème, pas un conte, pas une planche de bd, pas une citation de roman pour illustrer la richesse de ce  » sixième continent « , immense archipel de poètes et d’artistes.
Les auteures et l’éditeur ont été trop modestes. Dommage, car pour quelques pages de plus, créatives et non informatiques, confiées à de grands écrivains ou peintres de la Caraïbe, ce Guide aurait été mieux qu’un annuaire, et il aurait séduit un plus vaste public…
La partie consacrée à Haïti, on l’a dit, offre un aperçu saisissant et probablement inédit de sa vie culturelle juste avant le séisme. Celles qui concernent la Guadeloupe et la Martinique sont aussi bien réalisées malgré quelques bizarreries – comme ces deux mots qui reviennent fréquemment :  » fiche supprimée « . La diaspora européenne est assez bien présentée, malgré un déficit (désintérêt ?) évident pour les expressions contemporaines telles que le rap – entre bien d’autres, la charismatique martiniquaise Casey, qui fait la une du dernier n° d’Afriscope, n’y figure pas.
Aucun guide, il est vrai, ne peut prétendre à l’exhaustivité, et celui-ci est assurément le meilleur pour aborder le monde méconnu de la  » Caraïbe culturelle « …puisqu’il est le premier et le seul !

Le Guide de la Caraïbe culturelle, de Karole Gizolme & Anne Lescot, editions Vents d’ailleurs / Gens de la Caraïbe, 2010///Article N° : 9460

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire