Les enfants soldats du Liberia

Lire hors-ligne :

Bien sûr, la réalité de ces jeunes traumatisés par la guerre qu’ils ont dû faire est terrifiante. Massacres, viols, désespoir… Le reportage leur donne la parole, comme la radio Talking Drums de Freetown. Ce n’est pas de montrer la réalité qui pose problème, c’est de la placarder ainsi : ce reportage vient en rajouter à la longue litanie des horreurs africaines, confortant l’image ancrée dans les imaginaires occidentaux d’une Afrique arriérée et sauvage. Le débat avait été soulevé par le film de Depardon, Afrique, comment ça va avec la douleur? Jamais un cinéaste africain n’a cette démarche : il choisira par exemple, comme Idriss Diabaté dans Abidjan des enfants (cf Africultures 21) , le retravail par le dessin de leur vécu par les enfants des rues. La radio de Freetown donne la parole aux enfants ? C’est ce choix, cette méthode et ce qu’elle permet que nous aurions voulu voir.

///Article N° : 3359

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire