Les Gnawa, thérapeutes de la différence

Entretien d'Olivier Barlet avec Georges Lapassade

Paris, octobre 1998
Lire hors-ligne :

Sociologue, anthropologue, enseignant à l’Université Paris VIII, théoricien de l’analyse institutionnelle et auteur de multiples ouvrages, Georges Lapassade s’intéresse depuis trente ans aux rites de possession, notamment au Maghreb. Il y décèle une maîtrise de la dissociation sans chercher à l’éliminer, souvent aussi efficace que bien des thérapies occidentales.

D’où vous vient votre intérêt pour les Gnawa marocains ? Il faut remonter 30 ans en arrière : mon premier contact – un choc – avec la question africano-maghrébine, à Tunis à l’automne 1965. J’enseignais la pédagogie et la socio...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire