Les nouveaux paradoxes des cinémas d’Afrique noire

Lire hors-ligne :

Alors que ses espaces de diffusion se réduisent et qu’on lui reproche d’être déconnecté de son public, le cinéma africain francophone se cherche une nouvelle esthétique pour sortir de la marginalité où il est confiné.

Il y a dans le catalogue de la grande exposition d’art contemporain africain Africa Remix un très intéressant article de Manthia Diawara, professeur à l’université de New York, intitulé L’autoreprésentation dans le cinéma africain. Evoquant l’esthétique brechtienne critiquant le néocolon...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire