Fiche Personne
Réalisateur/trice Ecrivain/ne Producteur/trice Scénariste

Yamina Benguigui

Algérie, France

Français

Née le 09 avril 1957 à Lille (France), de parents algériens.

Yamina Benguigui est cinéaste et écrivain, chevalier de la Légion d’honneur, des Arts et des lettres et de l’Ordre national du mérite.

Yamina Benguigui, elle-même enfant de l’immigration, a fui sa famille pour finalement revenir, par le cinéma, à la culture de ses parents. Elle est une des premières réalisatrices et productrices françaises d’origine algérienne, profession qu’elle exerce au sein de la société Bandits dont elle est actionnaire. Depuis 1994, elle a consacré son travail de documentariste engagée à l’exploration de la part humaine de l’immigration maghrébine en France et de l’identité musulmane au travers de sagas documentaires comme Mémoires d’immigrés, l’héritage maghrébin (7 d’or 1997 du meilleur documentaire) ou Femmes d’Islam, qui ont été tous deux distingués par de nombreux prix internationaux et sont aujourd’hui étudiés en section cinéma et sociologie dans de nombreuses universités (Berkeley, New York, Berlin.).

Elle a reçu en 2003 le prix de la paix à Florence pour l’ensemble de son ouvre.

Avec sa première ouvre de fiction pour le cinéma, réalisée en 2001, Inch’allah dimanche, l’histoire d’une femme algérienne qui rejoint sa famille en Picardie, récompensée par plus de 27 prix internationaux, elle renoue avec ses thèmes de prédilection mais cette fois-ci abordés sous l’angle de la fiction : l’enracinement et la mémoire.

Son ouvre de documentariste s’est aussi intéressée aux thèmes de l’érotisme dans la culture musulmane (Le jardin parfumé) ou de l’intégration au travers d’institutions comme l’armée avec Aïcha, Mohamed, Chaïb… engagés pour la France.

Elle est actuellement présidente du FIPA pour 3 ans et prépare son second long-métrage, Le Paradis ? C’est complet ! ainsi qu’une série (Aïcha, 6×52′)pour France 2.

Elle vient de terminer la réalisation d’un documentaire pour France 5 : Le plafond de verre qui traite des difficultés rencontrées par les jeunes Français diplômés et même surdiplômés issus de l’immigration dans leur accession dans le monde de l’entreprise, victimes des préjugés raciaux.


Le 4 avril 2006, Yamina Benguigui, a été nommée membre du Haut Conseil à l’Intégration.
Le Haut Conseil à l’Intégration, instance de réflexion et de propositions qui, à la demande du Premier ministre ou du comité interministériel, donne son avis sur l’ensemble des questions relatives à l’intégration et à l’immigration.

English

Born in April 9, 1957 in Lille (France) to Algerian parents, film director Yamina Benguigui is renowned for her penetrating cinematic treatises on gender issues related to the North African immigrant community in France, particularly the Maghreb. Benguigui began her career as assistant to Jean-Daniel Pollet for four years before beginning to write and direct her own films including the documentaries Women of Islam in 1994 and Immigrant Memories-The North African Inheritance in 1997. It was The Immigrant Memories- the North African Inheritance that marked her success in the film industry. This stunning reflection on the memory and the exile of North African immigrants was welcomed favorably by critics and the general public. Since then, Benguigui has realized a series of short films and documentaries including The Perfumed Garden (2000), Pimprenelle (2000) and Pas d’histoire! A Look at Everyday Racism (2000). In 2001, she made her first feature-length fiction film Inch’Allah Dimanche. Despite her success, it took Benguigui awhile to be accepted both by her family and the general public as a prominent Algerian female filmmaker. According to her, « It was extremely difficult for me. One price I had to pay was that I had to be willing to cut myself off from my father. My father was not willing for me to follow this career, and it’s only recently that I’ve been able to reestablish contact with him [?] Because you’re cut off to some extent from French society, you have to really impose yourself, you have to really fight to be able to work on subjects like this, subjects and realities that France isn’t necessarily willing to acknowledge. It’s a constant struggle, and you’re constantly juggling several different hats: the hat of a woman, a director, the daughter of immigration. It’s not easy. »


From
Wikipedia, the free encyclopedia
Films(s)