Fiche Personne
Ecrivain/ne Scénariste

Naguib Mahfouz

Égypte

Français

Naguib Mahfouz, lauréat du prix Nobel de littérature en 1988 et âgé de presque 95 ans, est mort mercredi 30 octobre 2006 au Caire, sa ville natale. Considéré comme le plus grand écrivain contemporain de langue arabe, son nom est lié à l’histoire même du roman moderne au Moyen Orient, un genre souvent associé à l’Occident et inconnu jusqu’au 20e siècle sur la scène littéraire du monde arabe. Pour son discours à l’occasion de la remise du prix par le roi de Suède, il se décrit comme : « le fils des deux civilisations, pharaonique et islamique, qui se sont unies de manière heureuse grâce à leurs traits communs de justice, de foi et de savoir ». Premier écrivain arabe et seul à ce jour, à être couronné par une si haute distinction officielle, il impose la lecture de son discours de remerciement dans sa langue maternelle car « il était temps que les intonations propres à la langue arabe retentissent à l’intérieur des murs de la vénérable académie suédoise », remarquel Mohamed Salmawy dans le journal égyptien Al Ahram Hebdo.
Né en décembre 1911 dans une famille de la petite bourgeoisie cairote, Naguib Mahfouz commence à écrire à l’âge de 17 ans. Ayant accompli des études de philosophie à l’Université du Caire, il obtient un poste de fonctionnaire et se consacre dans un premier temps à l’écriture de romans historiques situés dans l’Egypte pharaonique. Les bouleversements sociaux et politiques que vit l’Egypte suite au déclenchement de la seconde guerre mondiale tournent le romancier vers sa vraie source d’inspiration : le présent réel, un microcosme à la fois éternel et contemporain de personnages qui grouillent dans les ruelles du vieux Caire et qu’il met au centre de son univers de fiction.
Malgré la publication de plusieurs de ses ?uvres dans les années 30 et 40, l’auteur connaît le succès et la reconnaissance du public seulement vers la fin des années 50 grâce à la publication de sa fameuse Trilogie, une saga familiale qui est aussi une fresque historique de plus de mille cinq cents pages, qui va de la révolution de 1919 jusqu’aux dernières années de la monarchie. Auteur de quelque 50 romans et recueils de nouvelles, Naguib Mahfouz reste un personnage très controversé dans le monde arabe pour ses opinions politiques, notamment pour sa prise de position en faveur de la paix israélo-égyptienne voulue par le président Sadate en 1979. Devenu la cible de fondamentalistes musulmans, en 1994 il échappe miraculeusement à une tentative d’assassinat à l’arme blanche perpétrée par deux jeunes fanatiques.
Ce grand classique de la littérature égyptienne a finalement contribué à la connaissance de l’Autre par son écriture engagée dans le dialogue des cultures et qui transmet au monde extérieur et à l’Occident un Machrek loin des réflecteurs, dans une dimension humaine universelle.
Alessio Loreti


Principaux textes en traduction française
– Trilogie (Impasse des deux palais, Le Palais du désir et Le Jardin du passé), Lattès, 1956
– Passage des miracles, Sindbad, 1970
– Récits de notre quartier, Sindbad, 1988
– La Chanson des gueux, Denoël, 1989
– Le Jour de l’assassinat du leader, 1989
– Les Fils de la Médina, Sindbad, 1991
– Chimères, Denoël, 1992
– Le Voleur et les Chiens, Actes Sud-Sindbad, 1996
– L’Amour au pied des pyramides, Actes Sud-Sindbad, 1997
– Le Mendiant, Actes Sud-Sindbad, 1997
– Les Mille et Une Nuits, 1997
– Akhenaton le renégat, Denoël, 1998
– Matin de roses, Actes Sud-Sindbad, 1998
– Le Cortège des vivants, Actes Sud-Sindbad, 1999
– La Belle du Caire, Denoël, 2000
– Le Monde de Dieu, Actes Sud-Sindbad, 2000
– Propos du matin, propos du soir, 2002
– Son Excellence, 2006
– Pages de mémoires, entretiens avec Ragaa Naqqash, 2007
Films(s)
Livres(s)