Poèmes des jours de guerre

Le Jésuite Toussaint Kafarhire-Murhula est né en 1973, à l’est de la République Démocratique du Congo. Il a une formation de philosophe et de théologien, et vit actuellement à Nairobi au Kenya où il achève ses études. Je ne connaissais pas la poésie de cet auteur, qui, par la magie de l’Internet, m’a demandé un jour de lui préfacer son recueil à paraître : Bukavu. La chanson du soleil en exil. Ce texte ici publié date du 19 mars 2003, jour mémorable où la deuxième guerre du Golfe a débuté. Louis-Philippe Dalembert est né à Port-au-Prince en 1962. Romancier, nouvelliste et poète, il a été pensionnaire à la Villa Médicis en 1994-95. Pendant les cinq dernières années, il fut vice-secrétaire culturel de l’Institut italo-latinoaméricain de Rome. Titulaire d’une thèse en littérature comparée (Paris III – Sorbonne Nouvelle) sur l’écrivain cubain Alejo Carpentier, il a aussi une formation de journaliste. Grand voyageur, il vient de publier un récit : Vodou ! un tambour pour les anges, photos de David Damoison, préface de Laënnec Hurbon (Paris, Autrement, 2003), et un roman : L’île du bout des rêves (Paris, Bibliophane/Daniel Radford, 2003). Mais la poésie a une place de choix au cœur de l’œuvre. Nous publions ici cet extrait, inédit, sur la première guerre du Golfe.

 » Aï Mouraria (…) où j’ai une fois laissé mon âme À cause d’un homme avec une petite bouche Avec une peau sombre ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire