Quelles nouvelles perspectives pour le cinéma documentaire d’Afrique ?

Table-ronde au Festival des cinémas du Réel

Cette table-ronde, organisée en partenariat avec CulturesFrance, se donnait pour but d’envisager avec les réalisateurs des films sélectionnés par le festival les conditions de production et les perspectives de diffusion actuelles du cinéma documentaire d’Afrique. Elle réunissait Marie-Violaine Brincard, France, réalisatrice de « Au nom du Père, de tous, du ciel », Mati Diop, Sénégal, réalisatrice de « Atlantiques » et, Mamadou Sellou Diallo, Sénégal, réalisateur de « Le Collier et la perle ». Les réalisateurs de « Dames en attente », Divita Wa Lusala et Dieudo Hamadi, République démocratique du Congo, n’avaient pas obtenu leur visa pour faire le voyage. Elle était animée par Edouard Waintrop, directeur artistique du Festival International de films de Fribourg, et introduite par Sophie Goupil, présidente de l’association des Amis du cinéma du réel et Olivier Poivre d’Arvor, directeur de CulturesFrance. On en trouvera ici l’intégrale transcription.

E.W : On va commencer avec le film « Dames en attente » de Dieudo Hamadi et de Divita Wa Lusala qui ont dû rester au Congo. Essayons de cerner dans quelles conditions ce film a été produit et dans quelle perspective il l’a été, c’est-à-dire vers quel public, à quels médias était-il destiné ? Le producteur du film Dames en attente : Juste un petit mot sur la question des visas. En fait, il n’y a pas eu de problèmes administratifs par rapport aux visas des deux cinéastes. On a aujourd’hui une nouvelle réalité : un refus même lorsque tout va ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Le Collier et la perle
© DR
Au nom du père, de tous, du ciel
© DR
Partager :

Laisser un commentaire