Niveau : B1     Format : Article     Thème : Culture

Trois questions à l’artiste Jacque Njeri

Print Friendly, PDF & Email

Jacque Njeri est une artiste kényane. Elle étudie le design avant de développer ces propres créations. Son travail a des accents d’afrofuturisme. Elle est connue pour sa série sur les guerriers Massaï.

Comment avez-vous débuté dans l’art ?

Je dessine depuis toute petite. À l’école on m’appelait au tableau pour dessiner des cartes. A la maison je copiais ce que mon frère dessinait : des voitures de rêve et des graffitis. Puis j’ai étudié l’art au lycée et j’ai obtenu une licence de design à l’université. Au Kenya l’art est vu comme un passe-temps, pas comme un métier. Le design est plus « respectable ». J’ai vite senti que le design ne permettait pas à ma créativité de s’exprimer. Je me suis lancée dans un travail purement artistique. En 2014 j’ai appris à me servir de Photoshop. Ma première création était déjà futuriste, je l’ai appelé Afrobot.

Vous avez été repérée avec votre série MaaSci, qu’est-ce qui a inspiré ce travail ?

Le film La Guerre des étoiles et les scènes de la planète Tatooine ont inspiré ma série MaaSci. Je ne suis pas une grande amatrice de films, ce qui est difficile à avouer car je travaille dans cette industrie ! La Guerre des étoiles m’a influencé pour sa plastique, son côté vétuste. Cela reflète l’Afrique en général et pourtant c’est futuriste. C’était très intéressant comme concept.
Ma vie a changé depuis MaaSci. Ça m’a ouvert beaucoup d’opportunités. J’ai aussi voyagé dans de nombreux lieux où je ne pensais pas pouvoir aller.

On parle d’afrofuturisme quand on voit votre travail. Qu’en pensez-vous ?

(Rires). Quand on parle de futurisme, quel que soit le support ou la forme artistique, on pense à un concept de Blanc ou d’Asiatique. Je pense que l’étiquette « afro » lui donne une nouvelle identité : c’est Africain. Et j’espère que c’est surtout fait par les Africains pour les Africains. Cela n’enlève rien au futurisme, ça lui donne juste une nouvelle identité. Je ne suis pas opposée à l’Afrofuturisme, je crois que c’est un bon concept. Je pense qu’en tant qu’Africains c’est notre responsabilité de représenter notre culture, qui n’est pas vraiment du goût de tous les publics, j’imagine. Mais elle est à notre goût à nous, ça nous donne un sentiment de fierté.

Exercices liés à l'article :

Exercice 1 : Compréhension du texte - Les affirmations ci-dessous sont-elles vraies ou fausses ?

Jacque Njeri préfère le design à l’art, car c’est plus « respectable ».
Jacques Njeri a été connue pour son œuvre Afrobot.
Pour Jacques Njeri l’art afrofuturiste doit parler au public africain.

Exercice 2 : Le vocabulaire artistique - Quels mots se cachent derrière les définitions suivantes ? Vous avez le choix entre : Afrofuturisme / série / Design / Concept


C’est un regroupement d’idées, une réflexion ordonnée.
C’est un ensemble des créations : textes, dessins…
C’est un concept et un mouvement artistique.
C’est une discipline qui cherche à créer des nouveaux objets.

Exercice 3 : Un peu de conjugaison - Mettez les phrases suivantes au présent.

J’ai étudié l’art au lycée.
J’ai exposé mon travail.
J’ai été repérée pour ma série.
J’ai souhaité que l’afrofuturisme parle aux publics africains.

Cliquez ici pour voir l’article original

Cliquez ici pour jouer avec les mots de l’article

  •  
  •  
  •  
  •