Un nouveau vent d’indépendance souffle dans la production de podcasts

Print Friendly, PDF & Email

Nous sommes en plein hiver mais un air de printemps résonne en ce moment dans le petit monde enchanté des podcasts afros. Des informations rafraichissantes nous parviennent des « marques » déjà reconnues : Afrotopiques et Le Tchip. Un petit nouveau fait son apparition : La Couleur de l’Art. Et l’avènement de l’agrégateur Afrospik pourrait aussi être source de belles surprises dans les mois à venir. Tour d’horizon.

 

Le nouveau-né : La Clameur Podcast Social Club

Depuis le 31 janvier dernier, l’épisode prologue de La Couleur de l’art est disponible. Ce nouveau podcast  vise à aborder le sujet de la race dans le domaine artistique. Melissa Andrianasolo est l’autrice-réalisatrice de ce programme, qu’elle incarne. Au programme ? Le partage de ses questionnements et ses entretiens avec différents acteurs du monde artistique.

La Couleur de l’art est la première production de La Clameur Podcast Social Club (CSPC), un nouveau collectif de créateurs sonores. Face à un monde du podcast « dominé par la concurrence et l’individualité, ce qui créé de la précarité et de l’isolement », la CPSC veut mettre en place un modèle de production s’appuyant sur « l’entraide, l’expérimentation et la coopération ». Le collectif souhaite défendre une création « sans sponsoring ou contenu de marque. Un modèle où l’ensemble des parties prenantes, des techniciens et techniciennes du son aux créateurs et créatrices sonores, seront payées équitablement».

Pour donner vie à ce projet, une campagne d’adhésion a été lancée. Le siège de La Clameur Podcast Social Club est basé à Bordeaux, les trois membres fondatrices sont Mélissa Andrianasolo, à l’origine de la Journée mondiale de la culture africaine à Lyon, Pauline Moszkowski-Ouargli, fondatrice de Radio Pirate et enfin Haïria Ahamada, diplômée de droit en charge de l’administration.

 

Le futur géant ? Afrospik,  l’agrégateur de podcast qui va aider les médias locaux africains

Le journaliste ivoirien Théophile Kouamouo, a annoncé en janvier dernier, le lancement d’Afrospik, « un agrégateur audio panafricain ». Le site internet et l’application regroupent déjà 60 podcasts à écouter en ligne. Il y a une quinzaine d’année, Théophile Kouamouo avait déjà fondé le portail Ivoire Blog, une plateforme qui recensait les plus importants blogs d’Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, le rédacteur en chef du Média fait le pari de donner de la visibilité aux capsules audios, plus en phase avec les nouvelles expressions du web.

L’originalité d’Afrospik réside dans la possibilité d’y héberger ses contenus et bénéficier ensuite d’un relais sur les diverses plateformes de podcast. Il s’agit d’une avancée majeure car elle devrait permettre à de nombreux médias locaux africains de mettre à dispositions leurs émissions en replay sans devoir assumer le coût financier de l’hébergement. En contrepartie de cette prise en charge, Afrospik joue des spots publicitaires au lancement des programmes. Un accompagnement technique est même proposé aux structures qui décident de faire le pas. C’est déjà le cas au Cameroun avec Kalak FM.

 

Le retour : Le Tchip’ part en indé

Le Tchip est un podcast qui aborde l’actualité de la pop culture. Il est certainement  le podcast afro le plus connu dans le paysage médiatique français. Lancé en 2017 sur la regrettée  plateforme Afrostream, il a dû migrer ensuite sur Arte Radio puis Binge Audio. L’équipe composée de Mélanie Wanga, Kévi Donat et François Oulac semblait avoir trouvé l’espace de production idéal. Un jeu de société coproduit par Le Tchip et Binge a même été commercialisé via une campagne Ulule en décembre 2019. Mais la belle aventure n’a pas survécu à la crise du Covid-19 lors du printemps 2020. Seulement deux épisodes sont parus depuis. Le Tchip devrait cependant revenir très prochainement, par la voie de l’indépendance cette fois-ci. Les enregistrements devraient désormais s’effectuer au studio Majorelle avec qui un accord de coproduction a été trouvé.

 

L’évolution : Le Studio Génération Afrotopia

Lancé en juin 2019, Afrotopiques a gagné ses lettres de noblesse. Le podcast réalisé et animé par Marie-Yemta Moussanang, s’est distingué grâce à la profondeur et la qualité des entretiens menés avec des intellectuels et activistes qui permettent de repenser le monde. Génération Afrotopia est une association qui se donne pour mission de « contribuer à la recherche, la collecte, la production et la mise en circulation des idées et des formes d’action émancipatrices depuis l’Afrique et sa diaspora, pour outiller les jeunesses à relever les défis du XXIe siècle ». Marie-Yemta Moussanang veut passer la seconde vitesse en lançant le Studio Génération Afrotopia, un projet de « maison d’édition d’oralités » qui valoriserait la transmission des savoirs et des mémoires, à travers le format podcast. Pour ce faire, une campagne de financement participatif devrait voir le jour dans les semaines à venir. Restez en alerte.

Samba Doucouré

Correction apportée le 10/02/21: Marie-Yemta Moussanang veut lancer un projet de « maison d’édition d’oralités » et non pas une « maison de l’oralité ». 


Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications