Under the shade of violets

Orange Blossom

Lire hors-ligne :

Une voix qui vous brûle de désir. Fascinante, voire incandescente. Elle court sur la partition, un chœur d’hommes à ses côtés, dès le premier titre, Ommaty. Pleine, voluptueuse, suspendue dans les airs. D’un lyrisme digne des mille et une nuits.

La transe électro des Nantais d’Orange Blossom est au mieux de sa forme. Carlos Robles Arenas et Pierre-Jean Chabot sont aux anges. L’orchestration déjantée et le violon sous tensions du duo historique ont trouvé leur nouvelle muse en la personne de Hend Ahmed Hassan. Une jeune cairote au timbre qui voyage, tantôt psalmodiant, tantôt implorant, dans des envolées majestueuses, certes légèrement emphatiques, par moments. Entre deux samples, leur jeu (aux deux illuminés) se veut résolument rock & world, aérien et serein.
On se souvient de leurs premières interprêtes : Leïla, Yasmine ou encore Jay C. Mais on frôle ici le rêve incarné d’un Orient à jamais sublimé. Il y a quelque chose du coup de foudre musical dans cette aventure. Hend Ahmed Hassan n’est pas seule, cependant, même si elle rayonne tout le long. Il y a là le chœur égyptien, bien sûr, des voix de Nubie, du Maroc, de Côte d’Ivoire et de France, également. La fraternité heureuse d’une musique à la fois hybride et précieuse. La traversée d’un imaginaire éclaté à l’aube d’une nouvelle guerre des frontières que d’aucuns cristallisent entre l’Orient et l’Occident.
Troisième opus du groupe, si l’on met de côté la période audiocassette, Under the shade of violets, enregistré en partie en Jordanie, avec de nombreux sons venus d’ailleurs, du Maroc notamment, bouscule la perspective d’Orange Blossom, projette le groupe dans un ailleurs encore plus expérimental. L’Afrique en dessous du Sahara et celle d’au-dessous se cherchent encore, mais parviennent à tracer un possible dessein, arrimé au projet global du duo français. On comprend mieux les neuf ans mis à le concevoir, dont trois passés en studio. Le prochain, semble-t-il, sera soufi, même si l’oiseau mexicain, Arenas, en habile chef d’orchestre, préfère, dit-on, ne pas trop en causer. Ils en sont déjà à la moitié de la prochaine galette…


Concert d’Orange Blossom – Live à Fip du 16… par Fipradio

Under the shade of violets de Orange Blossom (Washi Washa/ Warner Music)///Article N° : 13244

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
© Ernest Sarino Mandap




Laisser un commentaire