Une afropéanité décoloniale, un regard caribéen

Commissaire d‘exposition, auteure, danseuse née en république Dominicaine, Alanna Lockward s‘engage dans une pensée afropéenne de la décolonialité depuis son expérience caribéenne. À l’initiative du premier événement de performances de la diaspora noire en Europe depuis 2012, Be.Bop, Black Body Politics 1, elle agrège dans cette initiative un collectif d‘artistes noirs européens préoccupés par une pensée afropéenne. Transportant une identité caribéenne, transnationale par essence, Alanna Lockward s‘efforce de décolonialiser les imaginaires par la rencontre des disciplines artistiques, son impératif.

L’événement Be. Bop (Black Europe Body Politics) que vous avez créé en 2012 est le premier festival rassemblant des artistes de la diaspora noire, caribéenne principalement, en Europe, mettant en scène depuis la deuxième édition en 2013 des performances. À quels besoins vouliez- vous répondre à travers un tel événement ?

Be. Bop est une occasion pour les artistes de se rencontrer et de parler du travail que nous menons sur les questions de conscience noire. J’avais besoin de parler de mon expérience avec des personnes qui sont sur une même longueur d’onde. Venant des Caraïbes, j’ai toujours trouvé que ce pouvait être très complexe de penser l’espace Caraïbes pour les personnes qui y sont extérieures. Alors j’ai créé un espace où se rencontrent des personnes de la diaspora africaine engagées dans un travail sur la conscience noire, par la pensée ou l’action. C&rsq...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire