17 rue Bleue

De Chad Chenouga

Print Friendly, PDF & Email

Film délibérément autobiographique, 17 rue Bleue est l’histoire d’une dérive. Celle d’Adda, la mère de Chad adolescent, revisitée à l’âge adulte par Chad cinéaste. Le drame s’installe quand meurt le riche entrepreneur français par ailleurs marié qui l’entretenait, elle et ses deux fils Chad et Samir, et les avait installés dans un appartement de la rue Bleue. En procès avec sa femme légitime pour hériter de ses biens puis simplement conserver l’appartement, cette mère d’origine algérienne voit s’écrouler sa sécurité et perd peu à peu son équilibre mental, l’appartement devenant à la fois exutoire, asile et tombeau. Impuissante à hériter de ce qu’elle pense être son bien, elle lèguera à son fils le soin d’assumer son incapacité à dépasser l’épreuve. Clef du film et déclencheur de la folie, la visite de la mère, monceau de rejet et d’injustice, révèle les blocages à l’œuvre en société maghrébine. L’hypocrisie sur la sexualité y est extrême et elle reprochera même à sa fille de s’être prostituée alors qu’elle en engrangeait les subsides. La lente agonie corporelle d’Adda a des relents d’auto-châtiment et entraîne avec elle, dans son total délabrement, un Chad partagé entre son lien épidermique à sa mère et son instinct de survie. Témoignage de la blessure d’un adolescent, le film-thérapie de Chad cinéaste se fait exploration des causes, pour ne plus devoir revivre à son tour les blessures subies par sa mère, elle-même condamnée à raviver les probables épreuves qui ont fait de la grand-mère ce qu’elle est. Comme le Doinel des 400 coups auquel un plan rend explicitement hommage, Chad vit le blues d’une révolte impossible. Il lui reste la vie et le cinéma pour le retravailler. Il le fait de façon sensible et émouvante dans ce premier long-métrage, avec une admirable retenue, et nous livre avec ce beau film un puissant réquisitoire contre tout ce qui bride la vie.

95′, 2001, image : Eric Guichard, avec Lysiane Meis (Adda), Abdel Halis (Chad), Aimen Ben Hamed (Samir). Prod : Quo Vadis Cinema, Arte, Bfc prod. Sortie France le 21 nov.///Article N° : 38

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire