Amiens 2002 : Rachida remporte la Licorne

Lire hors-ligne :

Je n’étais jamais allé à Amiens, bloqué à cette période par les urgences des bouclages d’Africultures. Ce n’était pas par ostracisme : l’époque est maintenant lointaine où certains cinéastes boycottaient un festival aussi lié à la cellule cinéma du ministère de la Coopération. Le travail effectué à Amiens envers les cinémas du Sud est remarquable : programmation découverte, notamment de vidéo malgré la difficulté de déplacer les foules pour ce genre d’exercice ; bourse au développement du scénario ; rencontre annuelle sur les questions juridiques et les droits d’auteur : une réflexion et une information essentielles pour les cinéastes confrontés à un milieu professionnel difficile ; édition de la revue « Le Film africain » et de « L’arbre à palabres », guide pratique à l’usage des cinéastes…
Certes Amiens n’est pas dédié qu’à l’Afrique et c’est heureux, tant que son rôle d’exposition et de découverte des cinémas d’Afrique est préservé.
Bien sûr, la programmation mexicaine ou la rétrospective des films de Edgar G. Ulmer, roi de la série B américaine, captent plus facilement les regards médiatiques, mais comme en témoigne le succès emporté par « Rachida », les films du Sud restent dominants.
Les nombreuses projections scolaires et même dans la prison locale où les détenus sont conviés à attribuer un prix du public témoignent de l’insertion locale d’un festival en vitesse de croisière.
On trouvera dans les articles liés les critiques des films présentés cette année.
Découvertes ou premières visions à Amiens :
– La lenteur de la lumière (Portugal/Mozambique)
– Uma onda no ar (Brésil)
– Le Maître de la parole de Laurence Gavron
et bien sûr Bamako Sigi-Kan de Manthia Diawarra
et Contes cruels de la guerre d’Ibéa Atondi et Karim Miské.

Festival international du Film d’Amiens : palmarès 


Grand Prix du Long Métrage (Licorne d’Or) : Rachida de Yamina Bachir Chouikh (Algérie), Prix doté d’une aide à la distribution (en France) de 7 622 € et d’une campagne promotionnelle d’une valeur de 15 000 € sur la chaîne Ciné Cinéma.
Grand Prix du Court Métrage (Licorne d’Or) : Journey Man de Dictynna Hood (Royaume-Uni)
Prix spécial du jury pour le long métrage : Meisje de Dorothée van den Berghe (Belgique)
Prix spécial du jury pour les courts métrages :
Mboutoukou de Victor K. Viyuoh (Cameroun)
Matadero de Xuan Acosta et Manuel F. Torres (Espagne)

Prix d’Amiens métropole : Nha Fala de Flora Gomes (Guinée Bissau)
Prix d’Interprétation Féminine : Charlotte Vanden Eynde pour le rôle de Muriel dans Meisje de Dorothée van den Berghe (Belgique)
Prix d’Interprétation Masculine : Luis Sziembrowsky pour le rôle de El Pampa dans Sudeste de Sergio Bellotti (Argentine)
Mention spéciale du jury : La Boîte magique de Ridha Behi (Tunisie, France)
Prix spécial du Président : Sudeste de Sergio Bellotti (Argentine)
PRIX SPECIAUX
Prix du public long métrage
Rachida de Yamina Bachir Chouikh (Algérie)
Prix du public court métrage
Rosso fango de Paolo Ameli (Italie)
Prix des anciens élèves et élèves de La Femis (section Jeunes auteurs européens en compétition)
Am See de Ulrike von Ribbeck (Allemagne
Mention spéciale à Kalkheim de Tobias Kipp (Allemagne)
Prix Planète
La Photo déchirée, chronique d’une émigration clandestine de José Viera (France)
Mention « coup de cœur » à Djaatala de Dorris Haron Kasco (Côte d’Ivoire)
Prix SIGNIS
Nha Fala de Flora Gomes (Guinée Bissau)
Prix spécial pour Ticket to Jerusalem de Rashid Masharawi (Palestine, Pays-Bas, France) et Mapmaker de Johnny Gogan (Irlande)
Prix de la Maison d’arrêt d’Amiens détenus hommes : Journey Man de Dictynna Hood (Royaume-Uni) et Rosso Fango de Paolo Ameli (Italie)
détenues femmes : Journey Man de Dictynna Hood (Royaume-Uni)
prix du public : Journey Man de Dictynna Hood (Royaume-Uni) et Rosso Fango de Paolo Ameli (Italie)

7e Fonds d’aide au développement du scénario
5 bourses de 7 600 € chacune ont été accordées aux réalisateurs des projets suivants :
Le Dernier maquis de Rabah Ameur-Zaïmeche (France)
L’Intruse de Ulises Rosell (Argentine)
Voyage sur une plume de Michko Netchak (Yougoslavie)
Un aller simple de Daoud Aoulad-Syad (Maroc/France)
Le Jardin d’un autre homme de Sol Carvalho (Mozambique)




///Article N° : 2740

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire