Didier Mada-Bd, dessinateur-historien

Print Friendly, PDF & Email

C’est une première remarquée : à côté du feuilleton littéraire – actuellement Dadabe, de Michèle Rakotoson –, L’Express de Madagascar a publié en octobre une trentaine de planches dues à Didier Hariniaina Ramamonjiarisoa Randriamanantena, que l’on appelle plus souvent Didier Mada-Bd en raison de sa présidence de l’association du même nom. Nampoina, puisque tel est le titre de cette bande dessinée (c’est le diminutif attribué au roi Andrianampoinimerina), descend en droite ligne d’un glorieux ancêtre : la première bande dessinée malgache répertoriée, en 1961, était consacrée au même personnage historique. Par égard pour ses auteurs, et en raison des inexactitudes qui empêchent de la parer des vertus de la rigueur historique, oublions-la.
Et revenons au dynamique bien que réservé Didier Mada-Bd dont les activités participent depuis 1993, année de la création de l’association, à la présence de la bande dessinée sur la scène artistique malgache. Cette année-là, à son initiative, la Bibliothèque nationale accueillait un Festival de bande dessinée. La suite de l’aventure, ancrée dans un passé d’autodidacte, est un mélange de création personnelle et d’enthousiasme collectif. Quand il se rend à Libreville ou à Angoulême, il se fait volontiers le porte-parole de tous les dessinateurs malgaches.
Comme beaucoup de ceux-ci d’ailleurs, les contacts qu’il entretient avec les artistes étrangers font évoluer son travail. Le nom de Christian Cailleaux, animateur de plusieurs ateliers de formations à Antananarivo, revient souvent. Comme ceux de Franck Giroud ou de Barly Baruti, rencontrés à Libreville. Et il est presque plus fier d’avoir déposé cette année un exemplaire de l’album collectif Sary gasy au Musée de la Bande dessinée d’Angoulême que de connaître la consécration d’un feuilleton quotidien.
Sans doute parce que celui-ci ne représente pour lui qu’une étape. Et qu’il en est déjà aux suivantes, dont il réserve la surprise aux lecteurs malgaches tout en lorgnant sur une édition internationale.

///Article N° : 1577

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications