Événements

Festival d’Images en Histoire 2010
Festival de documentaires et de courts-métrages maghrébins à Lyon

Français

Les 12 et 13 juin 2010, Maalish vous convie à un festival de documentaires et de courts-métrages maghrébins à la Maison des Passages, 44, rue St-Georges, 69005, Lyon.

Chaque séance se composera de projections de films, suivies d’un débat en présence de réalisateurs et réalisatrices;

L’accent sera ici porté sur le rôle des artistes invité-s en tant que « faiseurs d’histoire » : en décidant de travailler sur un thème précis, en recueillant des témoignages, le documentariste permet à des événements d’entrer dans l’Histoire, de ne pas en perdre la trace…

La forme documentaire construit, à partir d’une succession d’histoires individuelles, une Histoire collective.

Le festival se déroulera en 3 séances, le samedi 12 et le dimanche 13 juin. Chaque séance se composera de projections de films, suivies d’un débat en présence de réalisateurs et réalisatrices, animé par les membres des associations organisatrices.

Au programme :


-Samedi 12 juin à 20H30 (Accueil du public à partir de 19H30)
Les Baies d’Alger, de Hassan Ferhani (Algérie) – 14min
Autrement Citoyens, de Habiba Djahnine (Algérie) – 52min

-Dimanche 13 juin, séance de 16H
Messaoud, de Omar Mduldouira (Maroc) – 7min
Dos Horas, de Karim Aitouna (Maroc) – 24min
Ô! Capitaine des mers, de Hichem Ben Ammar (Tunisie) – 44min

-Dimanche 13 juin, séance de 19h00
Goulili, de Sabrina Draoui (Algérie) – 17min
J’ai tant aimé, de Dalila Ennadra (Maroc) – 52min

N.B. : Ce programme est donné à titre indicatif. Il est susceptible de modifications.

Le Festival « D’images en Histoire » se donne pour but, en invitant des réalisateurs et réalisatrices du Maghreb à rencontrer un public français, de sortir des visions caricaturales et des clichés post-colonialistes sur cette région du monde.

L’accent sera ici porté sur le rôle des artistes invité-s en tant que « faiseurs d’histoire » : en décidant de travailler sur un thème précis, en recueillant des témoignages, le documentariste permet à des événements d’entrer dans l’Histoire, de ne pas en perdre la trace… La forme documentaire construit, à partir d’une succession d’histoires individuelles, une Histoire collective.

Ont d’ores et déjà confirmé leur présence à ce festival :
– Dalila Ennadre, réalisatrice marocaine qui a réalisé son premier documentaire Par la grâce d’Allah en 1987. Son travail est marqué par des portraits de femmes forts et touchants, comme dans Femmes de la Médina (2000), Fama…une héroïne sans gloire (2004), ou J’ai tant aimé (2008).
– Habiba Djahine, documentariste algérienne, fondatrice de l’association « Cinéma et mémoire » et des « Rencontres du film documentaire » de Béjaïa. Elle a réalisé Les métiers de proximité (2002), Migrants en Europe (2004), Lettre à ma soeur (2006), et Les faiseurs de l’ordinaire (2009).
– Hichem Ben Ammar, réalisateur tunisien, a été tour à tour animateur de ciné-clubs, directeur de festival, et critique cinématographique. Il est le 1er vice-président de l’Association tunisienne pour la promotion de la critique du cinéma. Filmographie : Femmes dans un monde de foot (1998), Café chanté (1999), O Capitaine des mers [2002), J’en ai vu des étoiles (2006), et Un conte de faits (2009).
Ce festival clotûrera le cycle de conférences Voyage des savoirs organisé par le Gremmo (Groupe d’études et de recherches sur la Méditerranée et le Moyen-Orient) à la Maison de l’Orient.

Le festival sera précédé d’une table ronde en présence des réalisatuers et réalisatrices, à Grenoble, en partenariat avec l’association Amal, le vendredi 11 juin, sur le thème: « Histoire et images: la place du documentaire au Maghreb ».