Événements

Festival international des films de la diaspora africaine – ADIFF Paris 2011
1ère édition. Débat après certaines projections. Avant-premières. 11 films, la plupart inédits en France, pour exprimer la diversité de la création cinématographique de la diaspora africaine

Français

1er Festival International des Films de la Diaspora Africaine-Paris

La première édition d’un festival pas comme les autres.


Commencé en novembre 1993 aux Etats Unis, le Festival des Films de la Diaspora Africaine offre cette année sa première édition parisienne d’un festival unique dans son genre.

C’est à New York que The Africain Diaspora International Film Festival a fait ses premier pas dans une ambiance de joie et fête. Le film d’ouverture, Sankofa, était un film diasporique dans tout les sens: réalisateur africain, casting international, histoire placée dans le Nouveau Monde.

Le public parisien célébrera l’ouverture du 1er Festival des Films de la Diaspora Africaine – Paris (ADFF-Paris) avec l’impressionnant film d’action brésilien Besouro. Le brésil est le pays avec le plus grand nombre de personnes d’origine africaine dans le Nouveau Monde et c’est donc un réservoir d’une culture à forte base africaine. Cette réalité est fortement reflétée dans le film de João Daniel Tikhomiroff, qui, à travers Besouro, nous fait découvrir une histoire passionnante de capoeira, d’esclaves et de rébellion.

Un autre film inédit dans le programme d’ADFF-Paris 2011 est Une Femme Pas Comme les Autres du réalisateur Burkinabé Abdoulaye Dao à propos d’une femme qui en marre de l’infidélité de son époux et décide de prendre un deuxième époux pour équilibrer les choses. Ce film nous arrive avec la fraicheur d’une comédie africaine intelligente et pleine d’humour.

Mettant au centre le vécu des personnes issues d’Afrique et la diaspora africaine du monde entier aussi bien devant que derrière la camera, la 1ère édition parisienne du festival reste fidèle à sa vocation universelle.


Le festival sera présenté à Paris du 2 au 4 septembre au cinéma La Clef (5ème) avec une sélection aussi diverse et éclectique que les histories de ceux qui seront sur l’écran. Du Brésil au Burkina Faso en passant par les Etats-Unis, Cuba et la Guadeloupe, le festival n’est qu’un échantillon d’un mouvement d’images et d’idées à propos des gens avec une origine commune: l’Afrique.

Plusieurs villes américaines accueillent le festival aujourd’hui aux Etats-Unis. Jersey City, Chicago, Washington D.C et New York sont sur le parcours national d’un festival pas comme les autres. ADFF-Paris contribue à la vocation internationale du festival dans sa motivation de commencer un dialogue avec d’autres audiences et surtout de présenter à ces audiences un travail résultant de 19 années de travail aux Etats-Unis d’Amérique.


PROGRAMATION DU 1er FESTIVAL DES FILMS DE LA DIASPORA AFRICAINE – PARIS

VENDREDI, 2 SEPTEMBRE, 2011

18h00
Réception d’ouverture

19H

BESOURO de João Daniel Tikhomiroff
(Brésil, 2010, 94mins, action en portugais avec sous-titres français)
Film d’Ouverture
Un film d’action à grand budget, Besouro retrace l’impressionnante histoire de résistance et de révolte du légendaire Besouro Mangangá, un esclave rebel du Brésil des années 1920 qui – avec l’aide des orishas (dieux) afro-brésiliens et sa puissante maitrise de l’art martiale de la Capoeira – se battra pour sa dignité d’homme noir et pour la liberté de son peuple.




SAMEDI, 3 SEPTEMBRE, 2011
14H

COMMENT CONQUERIR L’AMERIQUE EN UNE NUIT de Dany Laferriere
(Canada/Haiti, 2004, 96mins, comédie en français)
Fraîchement arrivé à Montréal avec pour mission de conquérir l’Amérique en charmant la femme blonde, Gégé, jeune Haïtien dans la trentaine débarque chez Fanfan, son oncle casanier qui a troqué la poésie contre un bon vieux taxi. Sous le signe de l’humour et de la convivialité et d’un agréable festin auquel participent Andrée et Denise, deux jumelles québécoises aux contrastes évidents, nos deux joyeux lurons font le bilan de leur vie, de leurs souvenirs et de leurs fantasmes. À la télé, omniprésente dans le récit, diverses personnalités dressent un amusant portrait de la société nord-américaine. L’espace d’une nuit qui se terminera de façon plutôt inattendue, les deux amusants protagonistes tenteront donc de conquérir… l’Amérique !

16H
UNE FEMME PAS COMME LES AUTRES de Adboulaye Dao
(Burkina Faso, 2009, 101mins, comédie en français)
Trompée dans son propre lit conjugal par un homme avec qui elle vit depuis sept ans, Mina (Georgette Paré), dirigeante d’entreprise prospère, décide de prendre un deuxième mari, dans une société où la polygamie ne suscite aucun signe de réprobation. L’objectif est double dans sa tête: « punir » son mari qui l’a trompée avec la femme du voisin d’en face et inverser les rôles en faisant de la femme celle qui a deux conjoints. Même si la polyandrie a existé et existe encore dans certaines sociétés, l’entreprise ne manque pas d’audace dans un milieu encore machiste qui, au nom des coutumes et des traditions, ne conçoit cette option que pour l’homme.

18H
LES FILS DE BENKOS de Lucas Silva
(Colombie/France, 2003, 52mins, documentaire musical en français et espagnol avec sous-titres français)
Les fils de Benkos sont les descendants d’un esclave enfui qui a fondé, au début du XVIIIe siècle, le tout premier village libre de Colombie. La culture africaine en Colombie vue et racontée à travers le prisme de leurs musiques: le son palenquero, la musique venue de Cuba arrivée en Colombie en 1920. La Champeta, musique exclusive des pauvres et déshérités qui à tout balayé sur son passage.
Débat après projection.

19H30
MOZART NOIR à CUBA de Steve et Stéphanie James
(Guadeloupe/Cuba, 2006, 52min, documentaire en français et espagnol avec sous-titres français)
Mozart Noir à Cuba est l’histoire d’un partage entre la Guadeloupe et Cuba. Produit par Steve et Stéphanie James le documentaire est consacré à la vie et à l’oeuvre du Chevalier de Saint Georges (1745-1799), compositeur, violoniste et chef d’orchestre Guadeloupéen, fils d’une esclave et de son maitre, racontées à travers une semaine d’activités culturelles qui lui ont été consacrées à Cuba.

Présenté avec

VOUS AUTRES… de Olivier Nelli
(France, 2010, 8mins, court métrage en français)
Aida, Rama et Bijou, trois française, une origine : l’Afrique. Refoulées à l’entrée d’une boite de nuit parisienne, les jeunes femmes sont en proie a la résignation ou à la colère.
Débat après projections.

21H30
LES SEIGNEURS DE HARLEM de Bill Duke
(USA, 1997, 130mins, policer en anglais avec sous-titres français)
Lorsqu’il sort de la prison de Sing-Sing en 1935, Ellsworth Bumpy Johnson (Lawrence Flishburn) retrouve Harlem en émoi. Stephanie St. Clair (Cicely Tyson), qui régnait sur la loterie des nombres, est désormais en concurrence avec le redoutable roi de la bière du Bronx, Dutch Schultz (Tim Roth), qui veut s’implanter dans le quartier noir. Bumpy propose ses services à Stephanie et défie Dutch en s’emparant du montant de sa collecte, qu’il distribue aux pauvres de Harlem. C’est la guerre. Stephanie est arrêtée et les affrontements entre les deux bandes transforment le quartier en véritable champ de bataille.

DIMANCHE, 4 SEPTEMBRE, 2011
14H

FAMILY MOTEL de Helene Klodawsky
(Canada/Somali, 2008, 88mins, drame anglais avec sous-titres français)
En plus du loyer qui monte en flèche, Ayan doit s’occuper de ses deux filles adolescentes. Expulsées de leur logement à cause d’un retard dans le payement du loyer, elles se trouvent dans un hôtel pour les laissés pour compte de la ville. Family Motel est un film dramatique inspiré par les histories des hommes et femmes vivant dans des dures conditions de vie dans un pays riche et qui, malgré des conditions de vies difficiles, se battent pour garder leur rêves et intégrité intacts.

16H
LE TEMPS DES CAMARADES de Mohamed Chrif Tribak
(Maroc, 2009, 103mins, drame historique en français et arabe avec sous-titres français)
Inspiré du journal de son colocataire, l’écrivain Aziz Kanjaa, le réalisateur Mohamed Chrif Tribak fait un film à propos de la vie universitaire sur le campus de l’université de Tetouan. Un film qui nous parle d’un moment peu connu dans la vie politique du Maroc mais qui est tout de même de grande importance. La confrontation idéologique entre étudiants musulmans et des étudiants marxistes nous fait penser à la turbulence politique actuelle dans cette partie du monde.

18H
BESOURO de João Daniel Tikhomiroff
(Brésil, 2010, 94mins, action en portugais avec sous-titres français)
Un film d’action à grand budget, Besouro retrace l’impressionnante histoire de résistance et de révolte du légendaire Besouro Mangangá, un esclave rebel du Brésil des années 1920 qui – avec l’aide des orishas (dieux) afro-brésiliens et sa puissante maitrise de l’art martiale de la Capoeira – se battra pour sa dignité d’homme noir et pour la liberté de son peuple.

20H
FAIS DANSER LA POUSSIERE de Christian Faure
(France, 2009, 90mins, drame en français)
Elevée par sa mère Bretonne, Maya, qui n’a jamais connu son père noir, part à la recherche de l’autre moitié de son histoire. A la croisée des chemins ses rencontres, ses expériences la détruisent, la construisent, car Maya est une « résiliente », toujours prête à croquer la vie…Malgré ce monde sans indulgence, sans complaisance, ni générosité à son égard, elle parvient à se hisser au sommet de sont art : la danse. Le plus grand chorégraphe du moment l’emmène dans une jungle encore plus cruelle: New-York ou elle découvrira le monde des Afro-Américains. De la petite « Princesse marron » qu’elle était, elle se battra pour devenir une « Reine » à la couleur de la Vie… C’est la belle Tatiana Seguin, bien connue des téléspectateurs de la Star Academy, qui interprète le rôle de Maya.
Débat après projection.




L’EQUIPE

Directeur du Festival des Films de la Diaspora Africaine
Reinaldo Barroso-Spech

Attachée de Presse
Diarah N’Daw-Spech

Elodie Potel
Responsable accueil

QUAND:
2 au 4 Septembre 2011

OU:
Cinéma La Clef
34 Rue Daubenton
75005 Paris, France
Tel : 09 53 48 30 54

TARIFS
Plein tarif : 7 €
Tarif réduit : 5,50 € (chômeurs, carte vermeil, étudiants)
Tarif moins de 12 ans : 4,50 €
Tarif adhérents: 4,50 € par film
Cartes UGC et Gaumont: ACCEPTÉES


Sites officiels :
ADIFF : www.NYADIFF.org
ADIFF Paris : www.cinemalaclef.fr/festivals/festival-international-des-films-de-la-diaspora-africaine

English

ADIFF PARIS

September 2 – 4, 2011



Did you always dream to go to Paris? Now you have a reason to do so! Come enjoy films from Africa and the African Diaspora in Paris on the Labor Day weekend!



ADIFF is very pleased to bring to the City of Lights its unique programming of quality films about the human experience of people of color all over the world.



Now is the time to get ready to practice your French!



Following is the film schedule… in French.