Événements

Semaine Arabe 2014 à l’ENS
Thème : Territoires et frontières. Conférences, projections, débats, ateliers. Tous les événements sont gratuits et libres d’accès dans la limite des places disponibles.

Français

Qu’est-ce que la Semaine Arabe ?

Née de la volonté de promouvoir l’exceptionnelle richesse de la culture arabe au-delà des incompréhensions communes, la Semaine arabe a vu le jour en 1998 à l’École normale supérieure. Il s’agit d’une semaine de réflexions et de manifestations culturelles au cœur du quartier latin, rassemblant chercheurs et artistes venus du Maghreb, du Machrek ou d’Europe pour partager leurs travaux et leurs œuvres.

Sous l’impulsion d’un professeur, Houda Ayoub, cet événement s’inscrit dans la longue tradition des études arabes à l’École, marquées notamment par l’enseignement de Daniel Reig. Rassemblant les élèves arabisants autour d’un projet commun, la Semaine arabe se saisit chaque année d’un thème à partir duquel elle explore les dynamiques contemporaines mais aussi les traditions et héritages du monde arabo-musulman. Le voyage (2002), la jeunesse (2004), les images (2005), les dissidences (2006), le Bilad al Cham (2011), les printemps arabes (2012), le rire (2013) sont autant de thématiques qui ont servi de fils directeurs aux précédentes éditions de la Semaine arabe.

[Important : tous nos événements sont gratuits et libres d’accès dans la limite des places disponibles]

La semaine arabe, ça commence, avec :
-vendredi, la conférence inaugurale d’Elyès Jouini
-et la projection de « My Land » de Nabil Ayouch, en présence de Dominique Vidal
-puis encore trois projections samedi et dimanche : « Rome plutôt que vous » (Tariq Teguia), « Babylon » (ismaël, Youssef Chebbi et Alaeddine Slim) et « Syrie : instantanés d’une histoire en cours » (collectif Abou Naddara).

Lundi 7 avril, la Semaine Arabe atteint son rythme de croisière avec :

à 14h notre formidable café arabe, toujours présent! en Courô.

à 17h, l’Inauguration de l’exposition de cartographie « Conflits, frontières et dynamiques transnationales dans le monde arabe » en partenariat avec l’institut Noria, avec un exposé de Bénédicte Tratnjek (doctorante en géographie à l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire, animatrice du blog « Villes en guerre »). en Salle Club.

à 19h, la Conférence « Des musulmans en Europe occidentale : une histoire sans frontières ? » par Jocelyne Dakhlia (directrice d’études à l’EHESS, historienne et anthropologue du Maghreb et de l’islam méditerranéen) et Annliese Nef (enseignante-chercheuse en islam médiéval, Université Paris 1). en Salle Dussane.

et enfin à 20h30, une soirée cinéma consacrée au thème des « Brûleurs » et de l’immigration clandestine. Avec la projection de 4 courts-métrages maghrébins (La Cible, Munir Abbar ; La Brûlure, Leila Chaibi ; Brûleurs, Farid Bentoumi ; Le Printemps en exil, Marie Blandin et Massimiliano Minissale) qui sera suivie d’une discussion avec les réalisateurs Massimiliano Minissale et Farid Bentoumi. en Salle Dussane.

jeudi 10 avril) c’est la GRANDE journée de la Semaine Arabe! A ne rater sous aucun prétexte! Nous serons sur tous les fronts :

à partir de 12h, déjeuner arabe à la cantine de l’ENS, au Pôt!

à partir de 14h, le café arabe, toujours en Courô!

à 15h, pour les heureux inscrits, l’atelier cuisine, en salle Club.

à 19h : Conférence « Frontières et cultures politiques dans le monde arabe depuis Sykes-Picot » par Vicken Cheterian (journaliste, collaborateur au Monde diplomatique, chercheur associé à la SOAS). En Salle des actes.

à 20h30, une Table-ronde avec deux anciens prisonniers politiques libyens, suivie d’une discussion animée par François Burgat (IREMAM, directeur du programme européen de recherche WAFAW). En Salle des actes.

et à 22h30, le fameux concert de rap syro-palestinien des Refugees of Rap. On n’oublie pas de s’incrire ! En Courô, suivi d’un set electro en K-Fêt.

La Semaine Arabe revient à l’École normale supérieure du 4 au 11 avril 2014, avec un thème passionnant d’actualité et de transversalité : TERRITOIRES ET FRONTIERES

Alors que les « révolutions arabes » en Tunisie, Egypte, Syrie et ailleurs restent marquées par l’importance des circulations politiques et des déplacements humains mais aussi par la singularité des contextes nationaux, la Semaine arabe a choisi cette année d’interroger le thème des frontières et des territoires.

Les frontières constituent un objet d’étude privilégié des recherches sur le monde arabe, dessinant les contours territoriaux de la souveraineté des États et déplaçant sans cesse les limites du « monde arabe » lui-même. En explorant l’épaisseur historique de ces tracés, la Semaine arabe espère apporter un éclairage sur la formation conflictuelle des démarcations étatiques, leur matérialisation (par un mur, un fleuve, etc.) et la contingence de leur représentation cartographique. Cet éclairage permettra en outre d’interroger le mythe intégrateur de la mondialisation, conçue comme l’avènement imminent d’un monde sans frontières. En effet, les tensions persistantes autour du Sahara ou de la frontière israélo-palestinienne semblent rendre illusoire l’image d’un monde « dé-territorialisé ».

Au-delà des enjeux géopolitiques, les frontières arabes apparaissent aussi comme des espaces privilégiés de rencontres et de confluences. En effet, les frontières s’inscrivent au cœur d’oppositions dialectiques reflétant leurs diverses fonctions : le cloisonnement et la circulation, l’obstacle et le passage, le contrôle et l’échange, la marge et l’interface. Structurée par cette dualité fonctionnelle entre coupure spatiale et espace de contacts, la frontière se révèle propice à l’analyse des circulations et des échanges.

Enfin, si assigner des limites et circonscrire revient à conférer une identité à un territoire, ces démarcations ne peuvent laisser indemne le sujet parlant et écrivant. En effet, les dynamiques d’appartenance à un lieu, un pays ou une culture, propres à chaque individu, toujours mobiles et multiples, sont étroitement associées à des frontières imaginaires et des délimitations mentales. Ces frontières intérieures, qui interrogent expressément les jeux d’identité des intellectuels arabes à leur langue et leur culture, seront aussi mises en lumière.



Illustration par Zeina Abirached

La Semaine Arabe 2014 à l’ENS vous propose également des ateliers, pour vous initier ludiquement à divers aspects concrets de la culture arabe :

-le mardi 8 avril, 16h30-18h, atelier de calligraphie
-le jeudi 10 avril, 15h-16h30, atelier de cuisine
-vendredi 11 avril, 16h-17h30, atelier d’écriture.


LIEU
Ecole Normale Supérieure

45 rue d’Ulm
75005 Paris

S’y rendre
BUS : 21, 27 (Feuillantines), 38 ou 82 (Auguste Comte), 84 ou 89 (Panthéon)
RER : Luxembourg (sortie rue de l’Abbé de l’Epée)
Métro : Ligne 7 (Censier Daubenton ou Place Monge)

FACEBOOK:
www.facebook.com/SemaineArabeENS2014