Le 11ème commandement

De Mama Keïta

Print Friendly, PDF & Email

Un jeune métis s’entête à poursuivre Mario qui sort de prison et ne veut pas entendre parler de lui. Un puzzle relationnel à la Rivette se met en place, qui ne s’éclaircira qu’en fin de film, le montage jonglant à plaisir avec les questions de filiation, de relation, de mémoire et de fidélité. Mais pas d’origines, car si elles sont diverses, les relations entre les personnages ne sont pas une question de couleur de peau. Une amitié fraternelle unissait Mouss et Mario, le Noir et le Blanc, nés le même jour à la fin des années 50 et élevés comme des frères jumeaux. Mais la trahison les a séparé. Après l’avoir initialement nommé Choisis-toi un ami, Mama Keïta a rebaptisé son film, après en avoir retravaillé le montage, Le 11ème commandement¸ qui vient s’ajouter aux dix commandements bibliques : « Choisis-toi un ami, aime-le selon les commandements de l’Eternel, si tu n’en as pas la force, tue-le. » Tuer cette amitié ? Oui, dès que l’on ne peut en respecter les lois et les valeurs. Car dans toute passion, il y a la mort dès que l’on manque à son exigence. La force du film est que dans cette relation, il n’y a pas la peur de la mort, d’où sa dimension mythique et tragique. Le regard de ce fils métis en quête de père et de repères s’élargit dès lors dans sa violente radicalité à une lutte universelle entre la mort et la vie.

1997, 35 mm, 80 mn, image : Paco Wiser, Phénix Productions, avec Patrick Catalifo, Xavier Thiam, Wasis Diop, Camille Japy.///Article N° : 2064

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire