Les Petits de la guenon

De Boubacar Boris Diop

Boubacar Boris Diop, entre Cheick Hamidou Kane et Paulin J Houtondji

Dans son roman, Les phalènes consacré aux effets de la loi-cadre en Afrique Centrale, Tchicaya U Tam Si fait dire à l’un de ses personnages : ” Hier est dans les pas de demain “. Cette phrase aurait pu servir d’exergue au dernier roman de Boubacar Boris Diop, tant il pose avec force, la question de la mémoire. Tout son roman repose en effet sur la relation entre le passé et le futur et comment elle s’inscrit dans le présent. Dans ses premières pages (p.38), il livre un bel aphorisme sur le hier et l’aujourd’hui qui ” ne se quittent jamais depuis la naissance des saisons ” et dont ” on ne sait qui des deux est l’ombre de l’autre “. Le narrateur, le vieux Nguirane Faye s’adressant à son petit-fils Badou le met en garde pour mieux vivre l’aujourd’hui : ” Ils sont si agités et si vantards que personne ne veut prêter attention à leurs folles extravagances. Ne commets surtout pas cette erreur Badou. Si tu les vois se glisser des confidences à l’oreille, n’aie pas de scrupules, sois indiscret, arrange-toi pour savoir ce qu’ils se racontent ainsi. Écoute-les avec attention et tu apprendras beaucoup sur tes semblables et sur toi-même ce jour-là “. Paru en septembre 2009 aux éditions Philippe Rey, Les Petits de la guenon est la version française de Doomi Golo, roman wolof de Boris Boubacar Diop, publié en 2003 aux éditions Papyrus, à Dakar, et traduit par l’auteur. Son narrateur Nguirane Faye, est un vieil homme lettré en arabe et en wolof. Il vit à Dakar. Son petit-fils bien-aimé, Badou, réside en Europe. Et personne n’a de ses nouvelles. Au...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire