Musulmans de France

Une série documentaire de Karim Miské, Emmanuel Blanchard et Mohamed Joseph

Print Friendly, PDF & Email

Cette série télévisée fera date, mais n’est pas sans poser des questions. Elle enracine un processus d’intégration à l’heure même où de nauséabondes polémiques traversent le débat public, révélatrices des discriminations encore à l’œuvre. Les trois films, qui suivent une stricte chronologie, portent en effet trois titres en forme d’évolution : Indigènes, Immigrés, Français.
Si cette série est novatrice, c’est qu’elle complète dans une appréhension globale et grand public l’histoire sociale et politique de l’immigration africaine par le point de vue des immigrés eux-mêmes. Les archives historiques, d’une grande richesse et certainement la part la plus intéressante de ces films, alternent avec les témoignages très personnels de personnalités d’origine nord-africaine ou sub-saharienne sans que l’on soit allé chercher forcément, en dehors de l’historien Benjamin Stora, les voix habituelles, les  » spécialistes « .
Autre apport d’importance, le rappel si souvent méconnu de l’ancienneté de l’immigration maghrébine : dès la fin du 19ème siècle, des travailleurs de Kabylie avaient participé à la construction du métropolitain et des milliers d’ouvriers marocains et algériens étaient recrutés par les mines du Pas-de-Calais. Il n’était pas non plus inutile de rappeler l’enthousiasme des populations françaises pour les combattants africains de la Grande guerre même si des explosions xénophobes vinrent les contredire en 1917. Le film montre les efforts déployés par l’armée pour respecter leurs coutumes (interdits alimentaires, rites funéraires, lieux de culte) mais aussi pour les parquer afin d’empêcher tout contact entre Français et indigènes.
Ce double mouvement d’accueil et de rejet sera et est encore une permanence de la relation, une relation que le grand public découvre avec étonnement alors même que plus de 400 000 Maghrébins traverseront la mer entre 1921 et 1939. C’est en France qu’émergeront nombre de leaders nationalistes, dans un rapport contradictoire à la France, à la fois terre de savoir et de valeurs mais aussi puissance occupante. Les drames qui marquent les années qui séparent la Seconde guerre mondiale et les Indépendances n’empêcheront pas l’enracinement des populations notamment maghrébines en France, ensuite conforté par le regroupement familial.
La  » marche des Beurs  » de 1983 révélera non seulement cet enracinement mais aussi le rapprochement des enfants d’immigrés et d’Harkis, confrontés aux mêmes discriminations et se retrouvant dans une culture commune. Les immigrés qui étaient supposés repartir font souche et leurs enfants se réclament de la société française tandis que celle-ci multiplie les signes d’une intégration définitive malgré la récurrence des mises à distance. Les indigènes sont devenus des Français.
En se nommant  » Musulmans de France « , cette série risque cependant l’ambiguïté. Rassembler la plupart des immigrés africains sous ce vocable religieux rappelle l’amalgame courant entre Maghrébins et Musulmans dans les déclarations de certains responsables politiques autant que dans les discussions de café. Personne n’ignore que le débat sur l’identité nationale a viré, à la faveur des prises de position sur la votation suisse sur les minarets et le port public du voile intégral, sur une stigmatisation de plus d’un Islam confronté au spectre de l’islamisme.
Certes, la référence religieuse est une permanence de la relation évoquée. La fastueuse inauguration de la Grande Mosquée de Paris en octobre 1926 témoigne de la cohésion entre politique et religieux. Le rôle de pépinière pour les mouvements nationalistes de l’Association des étudiants musulmans nord-africains (AEMNA) se poursuivra de sa création en 1927 jusqu’aux Indépendances. Et comme le montrent des témoignages durant le film, l’Islam, avec notamment la pratique du jeûne du ramadan, est une référence identitaire souvent plus forte pour les jeunes que pour leurs parents, plus soucieux de se couler dans le moule français.
On comprend la volonté des auteurs de banaliser l’idée que la religion musulmane fait partie de la société française et ne peut être considérée comme une perturbation étrangère. Mais si cette ambiguïté n’est pas seulement celle du titre, c’est que l’approche historique de cette série tient peu compte des questions de représentations imaginaires qui fondent pourtant les discriminations et en montre peu les signes. Elle les aborde certes à la faveur des témoignages et cite des expressions culturelles mais convoque peu cette histoire culturelle que montre, images et son à l’appui, la remarquable exposition Générations encore visible jusqu’au 18 avril 2010 à la Cité nationale de l’Histoire de l’immigration à Paris. Elle ne convoque pas non plus le patrimoine musulman qui est bien antérieur en France comme en témoigne la mosquée de Narbonne du VIIIème siècle, ni la contribution de la civilisation musulmane au cours des âges. Se cantonnant à une lecture sociologique, elle aborde peu les pratiques religieuses actuelles. Enfin, elle parle peu de l’instrumentalisation politique d’une religion pourtant souvent décrite comme une menace.

Diffusion le 23 février 2010 sur France 5 à 20h35///Article N° : 9212

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire