Pleure, ô pays bien aimé

De Darrell James Roodt

Print Friendly, PDF & Email

Fallait-il adapter aujourd’hui le célèbre livre d’Alan Paton où le pasteur noir Kumalo se rend à Johannesburg pour y découvrir que sa sœur se prostitue et que son fils a participé au meurtre du fils de son voisin blanc, propriétaire terrien favorable à l’apartheid ? Il était difficile d’échapper à la lourdeur des scènes lacrymogènes et à l’ambiguïté d’une histoire orchestrant finalement la mansuétude du Blanc. Musique sirupeuse, décors de carte postale et pesanteur de la mise en scène déservent un film que certains passages réussis n’arrivent pas à sauver. Même si l’on résonne au mélodrame, on ressort la bouche pâteuse d’un sentimentalisme hors de propos.

1h50, avec Richard Harris, James Earl Jones, Tsholofelo Wechoemang. ///Article N° : 972

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire