Rachel Amah Boah et Hien Macline, femmes photographes

Rachel Amah Boah et Hien Macline sont femmes, ivoiriennes et photographes. La première vit en France et retourne souvent en Afrique, à la rencontre des gens. La deuxième vit et travaille en Côte d’Ivoire. Ses images commencent à être vues hors des frontières de son pays.

Rachel Amah Boah » J’aime bien montrer aux autres ce qu’ils ne voient plus «  Un visage marqué, un regard noir, une attitude, un sourire. Derrière les photographies de la Franco-ivoirienne Amah Rachel Boah se cache un discours pertinent, qui se lit sur l’humain. À travers le portrait, elle campe son décor.  » Je capte des instants. J’essaie de tirer un maximum d’émotions dans les images que je fais. Je ne demande pas aux gens de poser, je les photographie sur le vif.  » Des images qui apostrophent, interpellent, interrogent. Images urbaines, vivantes, parfois douces, parfois violentes, qui traduisent la réalité, sa réalité. Elle définit son environnement, entre deux mondes.  » Je suis métisse, je suis née en France, j’ai grandi à Abidjan et je suis revenue en France à l’âge de 15 ans. J’ai eu beaucoup de coupures dans ma vie. J’ai remarqué que des deux côtés, africain et européen, on a des a priori. Et je veux me servir de mon métissage pour créer un pont entre les deux cultures.  » Elle rencontre la photographie au hasard d’une soirée parisienne, en 1999 et trouve son équilibre.  » Lorsque je fais une photo, il y a 50 % des autres et 50 % de moi. Une photo, c’est la vision que tu as des autres, ce qu’ils te donnent.  » Pa...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire