Sœurs de mères différentes

Entretien d'Olivier Barlet avec Iman Djionne et Souleymane Kebe à propos de "Coura + Oulèye"

Print Friendly, PDF & Email

Réalisatrice sénégalaise de 33 ans, Iman Djionne a travaillé sur les castings de films internationaux (Amin, Atlantique, Zerozerozero). Son dernier court métrage, « La Boxeuse » a fait le tour des festivals. Son projet de long métrage « Coura + Oulèye » a été sélectionné à la Fabrique des cinémas du monde de l’Institut français au festival de Cannes 2020. Le covid-19 a eu raison du festival mais pas de la Fabrique, qui se déroule cette année de façon virtuelle. Avec son producteur Souleymane Kébé (Sunuy Films), qui co-organise depuis 2014 le festival international du film documentaire de Saint-Louis du Sénégal, elle répond à nos questions sur cette histoire de femmes où trois générations s’affrontent, s’entraident et avancent ensemble. Issues d’une famille polygame, deux jeunes soeurs se découvrent après la mort de leur père lors d’un périple à travers le Sénégal…

Vous avez été sélectionnés par la Fabrique des Cinémas du monde qui devait se tenir comme chaque année au festival de Cannes : en raison de la crise du covid-19, elle a été maintenue mais de façon virtuelle. Comment vivez-vous cela ?

Iman Djionne : On continue à avancer, tout se fait en visioconférences. Il est dommage qu’on ne puisse pas rencontrer les gens.

Souleymane Kebe : Il est vrai que ça change tout de ne pouvoir rencontrer les gens qu’en ligne ! Mais nous échangeons avec les autres projets sélectionnés et rencontrons des producteurs, ainsi que Rachid Bouchareb qui parraine la Fabrique cette année.

Iman Djionne

Souleymane Kébé

 

 

 

 

 

 

 

 

Où en êtes-vous dans le projet ?

Souleymane Kebe : On est au tout début du processus de développement du film, mais le fait qu’Iman a participé à la résidence d’écriture Realness en Afrique du Sud a bien lancé les choses. Sa façon d’aborder le sujet a marqué. Le financement n’est pas encore trouvé mais nous avons un coproducteur français et d’autres pays intéressés, qui attendent de voir comment évolue l’écriture.

Il vous fallait une coproduction ?

Souleymane Kebe : Oui, pour avoir les ressources qui permettent à Iman d’aller au fond de ce qu’elle veut faire.

Iman Djionne : La Fabrique amène une visibilité importante pour le projet et en termes de financement, la coproduction est un complément nécessaire vu les ressources disponibles au Sénégal et en Afrique.

Aviez-vous fait un dossier pour le FOPICA ?

Souleymane Kebe : Nous avions fait une demande d’aide au développement mais n’avons pas déposé de dossier d’aide à la production, la session n’étant pas encore ouverte.

Négocier avec d’autres producteurs qui vont défendre les goûts de leur public pose la question de l’autonomie : la question se pose-t-elle pour vous ?

Souleymane Kebe : Cette influence est parfois exercée, c’est pourquoi nous avons rencontré beaucoup de gens et avons choisi une maison de production qui a l’habitude de travailler avec l’Afrique sur des films d’auteur : La Chauve-souris (La Pirogue, Wùlu), qui avait été créée par Eric Névé, malheureusement décédé.

Iman, cette question s’est-elle posée au niveau des résidences d’écriture ?

Iman Djionne : Le fait que Realness soit située en Afrique avec des intervenants africains permettait une compréhension des bases. Ce fut une magnifique expérience. Le développement se poursuit avec des consultants d’autres horizons mais cette base est là pour écrire une histoire spécifique de nos réalités. Le principal est de trouver les partenaires avec qui l’on partage la même vision du film. Cela évite tout conflit.

Le film aborde la question des relations en famille polygame, entre enfants de mères différentes.

Iman Djionne : Oui, la polygamie est encore fréquente au Sénégal et le film suit le parcours de deux filles qui sont dans ce cas. Ce qui m’importe est de voir comment elles construisent leur identité. On a souvent des films traitant le point de vue des femmes. Je voudrais explorer quant à moi le vécu des enfants et l’impact qui en découle sur eux-mêmes et sur leurs rapports entre eux.

Etes-vous partie d’un vécu personnel ou proche ?

Iman Djionne : Non, je ne suis pas d’une famille polygame. Par contre, nous sommes beaucoup de femmes dans ma famille, ce qui m’a amenée à me poser la question de la nature des relations entre deux soeurs quand leurs mères respectives sont en conflit.

En cherchant à tracer leur voie, elles doivent se situer entre leur volonté individuelle et les attentes de leur famille et de la société. Cela n’est pas nouveau mais l’évolution est constante. Quelle actualité donnez-vous à cette problématique ?

Iman Djionne : J’essaye de voir comment ces filles vont pouvoir se construire une identité propre. Elles vont sortir de Dakar et être confrontées à d’autres réalités. Mon dernier court métrage, « La Boxeuse« , portait aussi sur cette période adolescente où on se cherche et se construit. L’enjeu n’est pas de conduire à une opposition entre individu et groupe mais de trouver un terrain d’écoute.

Le personnage de « La Boxeuse » était en rupture avec la forme dominante de la femme. Coura et Oulèye vont-elles aussi être en rupture ?

Iman Djionne : Ce voyage sera la première rupture en s’éloignant de leur famille et de leur environnement naturel. Leurs rencontres vont les confronter à elles-mêmes et entre elles.

La Boxeuse Bande-Annonce from Iman Djionne on Vimeo.

Qui dit rupture dit marginalité, avec la question d’y trouver sa place.

La marginalité peut aussi avoir de lourdes conséquences. Il s’agit d’explorer les différentes facettes de la communauté, constructive mais qui peut aussi être destructrice. Dans ce parcours initiatique, les deux soeurs vont changer leur regard sur elles-mêmes, leur famille, leur société…

Vous avez participé au casting d' »Atlantique », un film où Ada se détournait du mariage arrangé par sa famille et fréquentait des femmes plus libres. Est-ce cela qu’il est important de dire aux jeunes aujourd’hui : faire leur choix et refuser les modèles imposés ?

Iman Djionne : Faire ses choix est important, mais la question est de trouver un équilibre entre s’imposer et préserver les liens avec la communauté. Je leur dirais plutôt : « écoutez-vous vous-mêmes tout en regardant d’où vous venez ». La famille et la communauté peuvent être une base très positive. Trouver cet équilibre peut être un chemin de toute la vie. La question du film est celle du regard : comment la société voit ces filles, comment elles se voient elles-mêmes, et l’évolution de ce regard durant le voyage.

C’est une question qui traverse les générations. Comment la traitez-vous en 2020 ?

Iman Djionne : Ce sont des filles d’aujourd’hui, en phase avec leur époque et les problématiques propres à cette époque de technologie et de réseaux sociaux. Elles me ressemblent dans le sens qu’elles sont des filles de Dakar, ancrées dans cette ville moderne, hybride, chaotique aussi..

La question sociale est-elle présente ?

Iman Djionne : Oui, elles sont issues de la classe moyenne urbaine et se confrontent à des jeunes de milieu rural en pays sereer. La jeunesse n’est pas un bloc homogène.

Souleymane Kebe : Iman met en scène des femmes qui s’émancipent, sans accompagnement des frères ou autres.

Souleymane, votre parcours de formation était plutôt dans la production de documentaires. Vous produisez là une fiction.

Souleymane Kebe : La fiction permet d’autres possibilités d’expression. Certes, les budgets sont plus lourds avec la fiction, mais il faut qu’Iman et ses actrices non-professionnelles disposent du temps nécessaire pour se roder sur un tournage de cette envergure.

  • 96
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire