Stranger Inside

De Cheryl Dunye

Un film choc au féminin
Lire hors-ligne :

Une prison de femmes haute sécurité, ça n’a rien de réjouissant. Et pourtant c’est là que Treasure Lee souhaite être transférée, dans l’espoir d’y retrouver sa mère dont elle a été séparée à la naissance. Mais Brownie, endurcie par des années d’incarcération, s’est reconstitué une famille, a une femme et des filles qui travaillent pour elle et négocient les pourcentages des gardes. Elle se révèlera aussi dure avec Treasure qu’avec ses filles adoptives.
Cheryl Dunye, cinéaste et professeur à UCLA, a enseigné dans des prisons de femmes. Cette connaissance directe du sujet confère une impression de réel, avec ces passages tournés à la manière d’un documentaire, que l’exactitude des dialogues et l’orchestration des scènes ne démentent jamais. Solitude, violence, contrebande, racisme, corruption, la cinéaste a tenté de raconter cet univers cruel sans en reproduire le fonctionnement, évitant soigneusement d’infliger une caméra voyeuriste à ses personnages. La sexualité fait partie du décor. Ni viol ni scènes d’amour pour ces femmes dont l’homosexualité est une donnée de la vie en prison.
Dans son premier film, Cheryl Dunye se présentait en tant que réalisatrice noire et homosexuelle décidée à faire entendre parler d’elle. The Watermelon Woman (1996), un film ambitieux, étonnant d’intelligence et d’originalité, pêchait par l’absence criante de moyens de production. Son deuxième film n’a plus rien d’une production indépendante. Financé par HBO, il passera sur le réseau câblé américain le 23 juin, touchant plus de spectateurs en une soirée que The Watermelon Woman en une année de distribution en festivals. Avec ses images soignées et sa narration linéaire, Stranger Inside s’efforce de s’adresser à tous. Pas besoin d’être Noire, homosexuelle ou d’avoir fait de la prison pour être profondément touché par des personnages dont la carapace ne protège pas des trahisons. Yolanda Ross (Treasure Lee) et Davenia McFadden (Brownie) offrent des performances hors du commun pour ce film offert aux « sans voix » de l’Amérique. Stranger Inside évoque dans son titre la volonté de raconter l’histoire de ceux que le système aliène. « J’ai volontairement inclus des femmes, des gens de couleur et des gays dans la production de mon film… on les appelle des stranger babies : ces gens qui sont exclus des images du statu quo. Qui d’autre nous donnera une voix, si ce n’est nous même ? »
À travailler pour HBO quand on est Noire et homosexuelle, on peut dire que l’étrangère à réussi à mettre son pied dans la porte, et même à y passer la tête.

Stranger Inside. Ecrit et réalisé par Cheryl Dunye. Avec Yolanda Ross (Treasure Lee) et Davenia McFadden (Brownie). Directrice de la Photographie : Nancy Schreiber. Producteur : Shari Frilot et Kimber Wheeler. Une production HBO. www.strangerbaby.com ///Article N° : 2367

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article




Laisser un commentaire