Cuba, une odyssée africaine

De Jihan El Tahri

Juillet 1991, c’est par Cuba que Nelson Mandela commence son périple hors d’Afrique pour remercier ceux qui ont contribué à abolir l’apartheid. Durant 25 ans, Castro et 500 000 Cubains ont participé aux guerres de libération africaines. Une réalité méconnue, oubliée, qui éclaire tout un pan de l’Histoire africaine. Jihan El Tahri n’a pas son pareil pour convoquer et documenter l’Histoire. ” Un labyrinthe est un endroit d’où l’on sort perdu ! ” disait Roland Barthes. Elle ne recule donc devant aucune carte ni devant aucune explication pour nous aider à débrouiller la masse d’informations à disposition sur une période complexe. On pense aux grandes fresques historiques de Frédéric Rossif et à son intérêt pour les idées qui sous-tendent l’engagement des hommes. Elle y ajoute la curiosité et le point de vue d’une cinéaste du Sud, attentive aux contradictions sans se voiler la face, dégagée des filtres essentialistes ou victimaires, avec le recul nécessaire pour dégager le sens pour le temps présent des engagements passés. Elle le fait grâce à de méticuleuses enquêtes de terrain, la rencontre des personnes clefs de tous bords abordés avec le même respect, un énorme travail de recherche d’archives et une impressionnante connaissance du sujet. On retrouve dans Cuba, une odyssée africaine la même maîtrise que dans La Maison des Saoud (2005), L’Afrique en morceaux : la tragédie des grands lacs (2000) ou Israël et les Arabes (1995-98). Des archives inédites, des témoins clefs, la clart&eac...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire