Événements

Festival International du Film Francophone de Tübingen-Stuttgart 2014
31ème édition. Thème : Face à face. Rétrospective François Dupeyron + Focus Afrique. Hommage à Adama Sallé.

Français

Face à face
est la devise du 31ème Festival International du Film Francophone de Tübingen | Stuttgart.

Von Angesicht zu Angesicht: Le plus grand (et le plus beau!!!) festival cinématographique francophone d’Allemagne est un lieu pour des rencontres uniques en leur genre entre les hommes et les films. La ville de Tübingen, son mélange entre tradition universitaire médiévale et ambiance jeune estudiantine que l’on ne trouve nulle part ailleurs, fait d’elle les parfaites coulisses en tant que centre du festival. Stuttgart, de son côté, apporte avec elle l’atmosphère de grande ville. Christopher Buchholz et son équipe ont prévu un programme ambitieux et vraiment jeune et attendent avec impatience la tenue d’un splendide festival de cinéma.

Nouveaux Films: Horizons – Spéciale

Nous donnerons comme tous les ans un copieux aperçu de l’actuelle scène cinématographique francophone, du film d’auteur au cinéma « pop-corn », et ouvrirons ainsi de nouveaux horizons sur le cinéma français actuel. Les amateurs du grand écran pourront qui plus est se réjouir à la perspective de voir quelque chose de particulier avec la « Spéciale ». Nous proposons cette année un choix de films assez éclectique : du film expérimental et son souffle magique « Bird People » (Pascale Ferran) à la comédie mordante avec « Le crocodile de Botswanga » (Fabrice Eboué). Les vieux habitués du Festival seront naturellement aussi présents : Olivier Assayas, Denis Côté, Céline Sciamma ou bien Xavier Dolan dont le film « Mommy » a remporté le Prix du Jury au Festival de Cannes.

Dans la « Spéciale », le cinéphile francophile va faire la rencontre des « Gens du Nord »avec la section sur le cinéma indigène du Nord canadien, mais aussi de jeunes cinéastes de la jeune École de cinéma suisse HEAD (Haute École d’art et de design) et de « spécialités » cinématographiques assez bizarres qui s’adressent à un public jeune, sans tomber dans le cinéma scolaire.

Panorama africain

Après l’inoubliable impression laissée l’année dernière par le grand Souleymane Cissé, les organisateurs de la section Afrique du Festival International du Film Francophone comptent de nouveau sur la venue d’une véritable star du cinéma africain. Le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako va présenter son nouveau film « Timbuktu », dans lequel un groupe de djihadistes fondamentalistes terrorisent un petit village. Sissako réussit avec beaucoup de poésie et de sensibilité un exercice de corde raide entre la satire et l’angoissante réalité islamique.

Courts métrages

Les courts métrages n’ont pas leur pareille pour conférer à une projection de film une atmosphère de festival. Le Festival International du Film Francophone offre tout un méli-mélo cinématographique de rencontres avec au programme : une véritable nuit du court métrage où l’on regarde des films jusqu’au petit matin. Un après-midi de courts métrages pour les enfants avec des films d’animation de Folimages. Une nuit de l’horreur avec des thrillers et des films fantastiques. Un programme de courts métrages « très » expérimentaux de l’Atelier Ludwigsburg-Paris de l’École de cinéma de Ludwigsburg. Et enfin, le cinéma rencontre le concert. Des compositeurs présentent leurs courts métrages et montrent de quelle manière le film et la musique ne peuvent faire qu’un. Une « petite musique de court » aura lieu. C’est une soirée organisée en soutien avec la société française de gestion collective SACEM. Et finalement, la compétition de courts métrages est une plate-forme importante pour les cinéastes de ce genre un peu particulier du septième art.

Rétrospective: François Dupeyron

En 2003, le petit Momo fit la rencontre de Monsieur Ibrahim et ses fleurs du Coran, qui eut un succès phénoménal à sa sortie. Le Festival International du Film Francophone de Tübingen | Stuttgart montrent avant tout dans sa rétrospective les autres films moins connus en Allemagne du réalisateur et romancier François Dupeyron. « Mon âme par toi guérie », un film poétique sur le motocycliste Fredi, qui a hérité du don de guérison de sa mère et essaie au début de s’en débarrasser à tout prix, en fait partie tout comme la pièce de théâtre envoûtante-dérangeante « Conversations à Rechlin », une rencontre face à face entre un commandant d’un camp de concentration et ses prisonniers sur des musiques de Schubert et de Schumann.

Face à face: Conversations, discussion, masterclass

Regarder des films est agréable. Mais quelquefois c’est encore mieux de pouvoir parler du cinéma et de sa place dans le monde : par exemple, dans la masterclass de l’œuvre de François Dupeyron. Ou bien encore, de l’extraordinaire film syrien « Eau argentée » d’Ossama Mohammed, qui fait un portrait sans merci de la Syrie à l’aide de vidéos tournées par des témoins. Autre exemple : la rencontre entre le cinéma et le théâtre dans le merveilleux documentaire „Le paradoxe de John Malkovich », qui sera projeté, le hasard faisant bien les choses, au Zimmertheater de Tübingen. Et enfin, dernier exemple : l’atelier critiques de films, organisé pour les étudiants intéressés par le cinéma par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (l’OFAJ).

Face à face: Le film rencontre la musique

Ils sont devenus une tradition du Festival: Les Cinéconcerts, films muets avec musique en direct, sont également de la fête au 31ème Festival International du Film Francophone de Stuttgart et de Tübingen.
Stuttgart goes Suisse ! Au Liederhalle, le pianiste de films muets Grégoire Baumberger va ravir son public au Lac Léman. « La vocation d’André Carel » est une vraie trouvaille de 1925 parmi les films muets suisses ; le film fut longtemps considéré comme disparu, a récemment été redécouvert et restauré.
À Tübingen, nous avons réussi à mettre en place une coopération toute particulière à Tübingen. « La Passion de Jeanne d’Arc » de Carl Theodor Dreyer, datant de 1928, sera à l’affiche au Sparkassen-Carré. La musique de ce phénomène de l’histoire du film, que nous attendons avec impatience, a été composée par les élèves de l’école de musique de Tübingen, un mélange délirant de musique classique, jazz, rock et pop.

Face à face: Fête entre matinée classique et nuit de l’horreur

Qui dit festival dit fête. C’est pourquoi on va faire aussi beaucoup la fête à l’occasion du 31ème Festival International du Film Francophone de Tübingen | Stuttgart. Celui qui a frissonné d’effroi samedi soir jusqu’au bout de la nuit à la nuit de l’horreur va pouvoir se refaire une santé à la matinée classique et ses vieux films français. La compétition Slam des élèves de la Kreissparkasse au Kino Museum 1 nous promet un grand moment de divertissement. On va rencontrer beaucoup de monde aux réceptions du Festival du Films d’animation de Stuttgart et l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ). La fête va également battre son plein à la Filmtageparty à l’Epplehaus, organisée par la radio indépendante Radio Wüste Welle, avec entre autres danse au programme. Et celui qui veut simplement aller boire un verre et rencontrer les invités du Festival n’a qu’à se rendre au bistrot du Festival Liquid Bar à la Kelter de Tübingen. Face à face – cela veut aussi dire: aucune soirée fermée, aucun lounge VIP, aucune star déconnectée de la réalité, mais des rencontres terre-à-terre et face-à-face.

Télévision du Festival

Le Festival propose une formation pratique à de jeunes étudiants suivant différents cursus en lien avec les médias, en coopération avec le service des médias de l’université de Tübingen et la SWR. En produisant eux-mêmes des séquences télévisées, les participants apprennent tout ce qu’il est nécessaire de savoir pour réaliser un reportage télé, de la rédaction en passant par la caméra et le montage, jusqu’à la présentation en live. Les reportages et les interviews seront montrés avant chaque séance de cinéma pendant le Festival.




Programmation Cinémas Africains
* C’est eux les chiens, de Hicham Lasri | 85 min. | VOSTA – Maroc 2013
* Des Étoiles, de Dyana Gaye | 88 min. | VOSTALL – France / Senegal 2013
* Examen d’Etat, de Dieudo Hamadi | 92 min. | VOSTA – République du Congo / France / Sénégal 2014
* Heremakono – En Attendant le bonheur, de Abderrahmane Sissako | 96 min. | VOSTALL – Mauritanie / France 2002
* SOLEILS – ET SI L’AFRIQUE AVAIT QUELQUE CHOSE À NOUS DIRE ?!, de Olivier Delahaye, Dani Kouyaté | 96 min. | VOSTALL – France / Burkina Faso 2012
* Virgem Margarida, de Licínio Azevedo | 90 min. | VOSTALL – Mozambique / Portugal, France 2012

* Timbuktu, de Abderrahmane Sissako | 97 min. | VOSTALL – Mauritanie / France 2014
Film d’ouverture à Tübingen | mer 29 oct | 19h30 | Museum 1 Tübingen

Courts-métrages Sallé
Hommage à Adama Sallé

Adama Sallé représente une nouvelle génération du cinéma de son pays, le Burkina Faso. Déjà dans ses premiers courts-métrages, on perçoit un regard singulier sur le monde. Il questionne sa génération et son époque, en s’adossant à la fois à la culture des Mossis que lui ont transmise ses parents à celle acquise au cours de son parcours académique.
Ce réalisateur curieux, plein d’humour et toujours à l’affût nous a subitement quitté en juillet dernier. Son premier long métrage Qui parle de vaincre ? aurait dû être tourné à la fin de cette année. Sallé travailla trois ans sur ce projet avec Sophie Salbot, qui voulait produire le film. En collaboration avec elle, le Festival a sélectionné cinq courts métrages parmi les onze films de Sallé :
* TAO-TAO (16′)
* L’OR BLANC (20′)
* CHACUN SAIT CE QU’IL SAIT FAIRE (24′)
* LE SOLEIL SE COUCHE AUSSI À MARRAKECH (17′)
* LE COQ CHANTE; LE JOUR PARAIT (12′)

Courte biographie
Adama Sallé est né en 1986 à Zaongo, au Burkina Faso, et travailla d’abord comme berger. Il commença à écrire après son baccalauréat et publia son premier roman Un mariage oblique en 2006. Il intégra l’École supérieure des arts visuels de Marrakech en section réalisation et participa à un atelier à la Georges Washington University. Son film de fin d’études L’Or blanc obtint le Prix de la meilleure fiction des écoles africaines par le FESPACO 2011. Tao-Tao reçut plusieurs récompenses et fut nominé dans la compétition internationale de courts métrages du Festival de Tübingen 2013. Il décède en 2014 au Burkina Faso alors qu’il préparait le tournage de son 1er Long métrage QUI PARLE DE VAINCRE ? (produit par Sophie Salbot).


Directeur du festival : Christopher Buchholz
Attachée de presse : Andrea Bachmann
Chargée des relations publiques : Natalie Kirch
Programmateurs du Focus Afrique : Bärbel Mauch, Bernd Wolpert & Jörg Wenzel