« La Côte d’Ivoire m’habite »

Entretien d'Olivier Barlet avec Isabelle Boni-Claverie

Marseille, juillet 2003
Lire hors-ligne :

Isabelle Boni-Claverie tourne à Marseille Pour la nuit, qu’elle voulait d’abord tourner à Abidjan. Alors que le cinéma ivoirien tourne au ralenti, regard d’une jeune cinéaste et romancière ivoirienne sur la création et sur son rapport à son pays.

Vous avez dû déplacer le tournage de votre dernier film d’Abidjan à Marseille. Pourquoi ? J’avais prévu de tourner ce moyen-métrage à Abidjan mais les événements de septembre 2002 ont rendu difficile de réaliser un film qui se passe presque exclusivement la nuit, en extérieurs dans la ville. Le couvre-feu rendait cela caduque. Je voulais trouver une alternative : je ne pouvais rester là à attendre de savoir si la paix reviendrait ou non. Ce n’était pa...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire